Actu de l'ile Maurice
Actualités

PNQ : SAJ réitère sa volonté de réintroduire la peine de mort contre les trafiquants de drogue

PNQ : SAJ réitère sa volonté de réintroduire la peine de mort contre les trafiquants de drogue

La Private Notice question (PNQ) de ce mardi 17 juillet a été marquée par les crimes et les délits grandissants, liés à la drogue. Question qui a été adressée au ministre Mentor, sir Anerood Jugnauth. Xavier-Luc Duval, leader de l’Opposition, a voulu savoir quelles sont les causes de l’augmentation dans le nombre de crimes.

Dans sa réponse, le ministre de tutelle a fait savoir que les crimes sont souvent liés à la consommation de drogue. Par contre, il a assuré que tout est fait pour remédier à la situation.

Evoquant la situation des trafiquants de drogues, le ministre Mentor a réitéré sa volonté de réintroduire la peine de mort contre les trafiquants de drogue. Il a soutenu qu’il faut impérativement durcir la loi en ce qui concerne le trafiquants de drogue.

Par ailleurs, SAJ a cité l’une des mesures qui ont été enterprises par le gouvernement demeure le Safe City Project. Il a affirmé que 744 CCTV caméras ont déjà été installées dans des postes de police à travers le pays.

Sir Anerood Jugnauth a fait ressortir que pour arriver à une société sans crime « il ne faut pas uniquement se fier sur le gouvernement ou la police. La population doit aussi assumer ses responsabilités. » Évoquant le nouveau fléau de la drogue synthétique, le ministre Mentor a avancé que «Ces outils  seront alloués à la force policière prochainement pour combattre ce nouveau phénomène.»

SAJ a taclé l’ancien régime, car selon lui, la question du leader de l’opposition le surprend. Le ministre Mentor a aussi affirmé que rien n’a été fait pour régler le problème de la drogue et la réduction du nombre de crimes dans le pays sous le règne de l’ancien régime, ausein duquel faisait partie le PMSD.  

« It is easy to criticize. But you should look at yourself ! », a lancé SAJ à l’adresse de  Xavier-Luc Duval.

A une question supplémentaire sur la raison du retard pour mener des enquêtes sur des affaires de drogue, le ministre Mentor a, alors, déclaré à l’intention du dernier nommé que souvent, le processus est long. « Dans la plupart des cas, ils  sont référés au Directeur des Poursuites Publiques»,  a-t-il souligné. Ce qui, selon lui, prend beaucoup de temps pour trouver le coupable.

« We are very much concerned about the situation about crime. We are prepared to have a crime free society!», conclu Sir Anerood Jugnauth.