Actu de l'ile Maurice
Actualités

Rapport annuel de l’ICAC: 75 arrestations, 17 voitures saisies, 104 comptes bancaires gelés…

Rapport annuel de l’ICAC: 75 arrestations, 17 voitures saisies, 104 comptes bancaires gelés…

L’Independant Commission against Corruption a rendu public son dernier rapport. D’emblée on affiche la satisfaction dans les enquêtes entreprises par l’institution. Dans sa généralité le rapport souligne que les travaux de l’institution ont été très satisfaisants, tant concernant la quantité que la qualité. Pour accomplir sa mission qui se veut ainsi : Working together in a patriotic spirit towards a corrupt free society l’ICAC a travaillé de concert avec plusieurs entités, dont la force policière, le Mauritius Prisons Service, la FIU, la FSC et la MRA.

2,501 plaintes enregistrées entre le 1er janvier 2016 au 30 juin 2017

De ce nombre, l’ICAC a mené des enquêtes sur quelque 1 803. Comme relevé dans le rapport, beaucoup de plaintes logées n’ont rien à faire avec la fraude et la corruption, ce qui explique qu’elles sont mises à l’écart.

203 plaintes logées en personne contre 1, 423 dans l’anonymat

  • Pour l’année 2016, 85 cas ont été référés au Bureau du DPP et 35 cas pour 2017.
  • Pour cette période 2016/2017, 84 cas concernent le blanchiment d’argent.
  • 75 personnes ont été arrêtées.
  • Des scellés ont été mis sur des biens mobiliers et immobiliers valant Rs70 millions.
  • 17 voitures saisies valant au total Rs8 millions.
  • Sur ordre de la cour, 104 comptes bancaires ont été gelés
  • 88 comptes de téléphones ont été passés à la loupe
  • L’ICAC a entrepris 7 perquisitions
  • 7 bateaux ont été perquisitionnés et saisis (valeurs Rs6,180,000)
  • 35 véhicules saisis (valeur Rs14,183,870)
  • 14 propriétés saisies ( valeur Rs34,960,145)
  • 22 meubles (valeur Rs531,250)
  • L’examen de ces appareils a eu lieu :
  • 6 ordinateurs, 1 tablette, 5 téléphones mobiles, 2 organes de presse, 4 comptes email, et 4 enregistrements audio.

Dans son rapport, l’ICAC souligne le besoin d’avoir une cour de justice spécifiquement pour juger les cas de fraude et de corruption, cela, afin d’avoir plus de latitude pour combattre la fraude.