Actu de l'ile Maurice
Politique

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

  • « Si cela ne tenait qu’à moi, je ré-introduirai la peine de mort pour les trafiquants de drogue! »: tels sont les propos de sir Anerood Jugnauth, ministre Mentor. C’était lors de la tranche réservée à la Private Notice Question, hier, mardi 17 juillet à l’Assemblée nationale.
    On a pu remarquer qu’après cette réponse, le Leader de l’opposition s’est montré plus ou moins acculé. Cette déclaration a provoqué de vives réactions de part et d’autres…
    Dans une déclaration à Inside News, Bobby Hureeram, le Chief Whip de la majorité adhère à l’opinion de sir Anerood Jugnauth.  Selon lui, le taux de criminalité a beaucoup augmenté, dû à la drogue. « Ces ‘marsans la mort’ ont détruit notre société. Donc, en mon nom personnel, j’estime que ce serait salutaire d’avoir recours à la peine capitale pour les trafiquants de drogue », fait-il ressortir.
    Pour sa part, Ravi Rutnah, le Deputy Chief Whip du gouvernement a fait savoir qu’il est contre cette pratique. « Je respecte le point de vue de sir Anerood Jugnauth. Mais, en tant qu’avocat des droits humains, je ne peux être pour la peine de mort dans le sens élargi », soutient-il.   Cependant, le député de la circonscription no 7 estime qu’il est essentiel de revoir le système carcéral. Ravi Rutnah estime qu’il faut trouver un moyen pour réinsérer les personnes dans la société.
    Pour sa part, Me Jacques Laval Panglose, un dirigeant du PMSD lance : « Je suis viscéralement contre la peine de mort. Cela ne peut pas se faire dans une société. C’est barbare !» Il ajoute que  « ce n’est pas la peine de mort qui résoudra les problèmes. Si ça existait, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus vie sur terre».
    Poursuivant sur sa lancé, Jacques  Panglose soutient « Quand on inflige une punition à quelqu’un, c’est par rapport à un délit commis». Cela avant de s’interroger «Qui est de taille à pouvoir infliger la mort ? Cela relève d’une arrogance incroyable que de croire qu’on peut infliger la mort. Celui qui inflige la mort se croit égal au créateur. C’est impossible !»
    De son coté, Me Ritesh Ramphul, député travailliste, estime qu’il faut avant tout « prendre en considération le contexte international. Même les Nations Unies sont contre cette pratique. Cela ne résoudra pas le problème de la drogue dans le pays ! »
    Le député rouge est d’avis qu’il faut surtout revoir le fonctionnement des limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Le parlementaire du PTr dit attendre les retombées du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue avant de tirer des conclusions.
    Une réflexion lance un nouveau débat : est-ce que la peine capitale a été efficace dans le passé ?