Actu de l'ile Maurice
Actualités

Les pesticides bios – Saïd Bundhoo : « Je n’y crois pas du tout »

Les pesticides bios – Saïd Bundhoo : « Je n’y crois pas du tout »

Pour ce planteur du nord, les produits bios supposément aptes à remplacer les insecticides, pesticides et autres n’auront pas l’efficacité voulue.

« Je n’y crois pas du tout. Cela ne marchera jamais. Je lance un défi au promoteur de ce produit de venir traiter ma plantation qui s’étend sur un arpent. Peut-être que ça marchera pour un petit potager mais pas sur une grande échelle

Dans un autre ordre d’idées, Saïd Bundhoo s’élève contre les accusations portées contre la communauté de planteurs.

Ainsi, il déplore que les planteurs soient accusés de tous les maux causés par l’effet négatif des produits chimiques servant à traiter les plants et légumes. S’il admet que des études scientifiques ont prouvé que différents types de cancer sont le résultat de ces produits chimiques, les planteurs ne sont pas les seuls à endosser la responsabilité. «kifer person pas critik service pest control, ou bien bane tablissema ki servi herbicide en grande kantite ?», se demande-t-il.

Ces pesticides et insecticides sont-ils nécessaires ?

Saïd Bundhoo affirme que Maurice est un pays tropical et la chaleur est importante. Les conditions climatiques sont propices aux insectes et autres maladies. Il insiste que si les planteurs n’utilisent pas ces produits chimiques, la production de légumes sera catastrophique. C’est toute la population qui en subira les conséquences.

Quelle solution propose Saïd Bundhoo ?

La balle est dans le camp du gouvernement. C’est aux autorités d’exercer un meilleur contrôle sur l’usage des produits chimiques. D’ailleurs, nous les planteurs professionnels, nous les utilisons comme des personnes responsables. Les officiers du ministère doivent sensibiliser tout le monde et aussi exercer un meilleur contrôle sur le service du ‘pest control’.