Actu de l'ile Maurice
Actualités

Elevage de coraux à des fins commerciales : la communauté des pêcheurs demeure sceptique

Elevage de coraux à des fins commerciales : la communauté des pêcheurs demeure sceptique

  • Le ministère de l’Economie Océanique et des Ressources Marines explore de nouvelles techniques pour la restauration des récifs coralliens. Une somme de Rs 8,2 millions a été allouée pour le Budget 2017/2018, avec pour objectif de promouvoir l’élevage de corail par les pêcheurs et les Petites et Moyennes Entreprises (PMEs). Le but est de fabriquer des bijoux pour le secteur du tourisme et pour le marché local.
    Judex Rampaul, président du syndicat des Pêcheurs reste sceptique. Il est d’avis qu’une telle initiative est une grande responsabilité. Il ajoute par ailleurs que, nos coraux sont en train de dépérir à l’assaut de la pollution. « Il faut les protéger », nous lance-t-il.
    Il considère ainsi que le projet d’élevage de corail n’est pas viable et estime que cela aura des conséquences négatives sur l’environnement.
    Nicolas Von Mally, ancien ministre de la Pêche est d’avis que l’élevage de coraux est une bonne initiative. Il pense cependant que la diversification est une bonne résolution, mais qu’il faut surtout penser à repeupler le lagon.
    Il ajoute aussi que la communauté des pêcheurs pourrait se tourner vers d’autres possibilités d’emploi à travers l’élevage de corail. Nicolas Von Mally fait aussi savoir qu’il faut voir plus loin et parle de plus de « professionnalisme » et « d’encadrement » au sujet de cette démarche. Il explique  qu’il y a une différence entre « kas koray ek fer kiltir coray ». Il ajoute également qu’il ne faut uniquement prendre de « la nature et de simplement le vendre ».
    A noter que le ministère de l’Economie Océanique a initié un « Community-Based Coral Culture Project for the republic of Mauritius ». Ce projet, qui est géré par le Mauritius Oceanography Institute (MOI) et l’Albion Fisheries Research Centre (AFRC), a été mis en place à quatre endroits de l’ile, notamment à Grand-Gaube, Quatre-Sœurs, St Martin, Bel Ombre et la Gaulette.
    Des sondages et des travaux d’entretien ont été entrepris parmi la communauté côtière et celle des pêcheurs pour l’identification de sites où des fermes coralliennes seront installées.
    65 participants ont déjà été engagés : 34 à Quatre-Sœurs et 31 à la Gaulette. Six pépinières, soit 3 à Quatre-Sœurs et 3 à La Gaulette ont déjà été instaurées. Ces Demo Coral Farms comprennent d’environ 2 500 et 2 600 fragments de coraux à Quatre-Sœurs et à La Gaulette.