Actu de l'ile Maurice
Actualités

World Drug Report 2018 :  La production et la consommation de drogue explosent dans le monde

World Drug Report 2018 :  La production et la consommation de drogue explosent dans le monde
World Drug Report 2018 :  La production et la consommation de drogue explosent dans le monde

World Drug Report 2018 :  La production et la consommation de drogue explosent dans le monde

C’est un bilan désolant… Les variétés de drogue se diversifient et le marché est en expansion libre et inquiétante. C’est le premier constat du World Drug Report 2018. Le rapport note que la production de l’opium et celle de la cocaïne sont à un niveau le plus élevé jamais enregistrée jusqu’ici. « Markets for cocaine and methamphetamine are extending beyond their usual regions and, while drug trafficking online using the darknet continues to represent only a fraction of drug trafficking as a whole, it continues to grow rapidly, despite successes in shutting down popular trading platforms », fait ressortir le World Drug Report 2018.

Le rapport met l’emphase sur l’utilisation inquiétante du « Tramadol » par des toxicomanes dans la région africaine. L’opioïdes est une substance de plus nocive, représentant 76 % des décès associés aux troubles liés à l’usage de drogues. Les usagers de drogues injectables – environ 10,6 millions de personnes dans le monde en 2016 – sont exposés à des risques sanitaires élevés. Plus de la moitié d’entre eux vivent avec l’hépatite C et une personne sur huit vit avec le VIH.

Environ 450 000 personnes sont décédées des suites de l’usage de drogues en 2015, selon l’OMS. Les troubles liés à l’usage de la drogue (principalement les surdoses) est directement mis en cause dans 167 750 décès, tandis que les autres causes sont indirectement imputées à l’usage de drogue et liées au VIH et à l’hépatite C contractés par des injections à risque.

Environ 275 millions de personnes dans le monde, soit environ 5,6 % de la population mondiale âgée entre 15 à 64 ans, ont consommé de la drogue au moins une fois en 2016. Quelque 31 millions de consommateurs de drogue souffrent de troubles liés à l’usage de drogues, c’est-à-dire que leur consommation est nocive à tel point qu’ils pourraient avoir besoin d’un traitement. D’après les premières estimations, 13,8 millions de jeunes âgés entre 15 à 16 ans ont consommé du cannabis au cours de l’année écoulée, ce qui représente 5,6 % de ce groupe d’âge.

La production globale de l’opium a connu une hausse de 65 % de 2016 à 2017, soit 10 500 tonnes, record enregistré par UNODC depuis que l’institution du « monitoring global opium production at the beginning of the twenty-first century. » Que 91 tonnes ont été saisis en 2016 à travers le monde, soit 0.8%.

En 2016, la fabrication mondiale de cocaïne a atteint un niveau record (environ 1 410 tonnes). Après avoir reculé entre 2005 et 2013, celle-ci a augmenté de 56 % entre 2013 et 2016 et de 25 % entre 2015 et 2016.

La plupart de la cocaïne provient de Colombie, où la fabrication a augmenté de plus d’un tiers entre 2015 et 2016 pour atteindre quelque 866 tonnes. En 2016, la superficie totale consacrée à la culture du cocaïne dans le monde s’élevait à 213 000 hectares, dont près de 69 % se trouvaient en Colombie.

C’est le Cannabis qui a été le plus consommé comme type de drogue en 2016, soit par 192.2 millions de gens, âgés entre 15 et 64 ans et 13.8 millions âgés entre 15 et 16 ans. Cela occasionne une hausse de 16 % de consommateurs. 6 316 tonnes de cannabis ont été saisies à travers le monde durant la même période.

C’est en Asie et en Afrique que la plus grosse saisie de cocaïne a été enregistrée. De 2015 à 2016, le traffic de cocaïne a triplé en Asie alors qu’en Afrique ce commerce a doublé.

Ces dernières années, plus de 100 « New Psychoactive Substances » (NPS) ont été synthétisées et s’ajoutent à la liste des drogues synthétiques aux substances d’amphetamine. À ce jour on compte 803 NPS sur le marché à travers le monde. Le rapport note que c’est dans le milieu carcéral que ce type de drogue est le plus utilisé.

De nombreux pays ont indiqué que l’usage non médical de benzodiazépines était l’un des principaux problèmes liés à l’usage de drogues.

Les drogues consommées par les jeunes sont différents dans chaque pays et cela dépend également du milieu social dans lequel évoluent ces jeunes. Le rapport note que ces jeunes consomment de la drogue pour avoir un surcroit d’excitations lors de leur sortie en boîte de nuit. Alors que d’autres jeunes, qui vivent dans des conditions déplorables, consomment de la drogue pour adapter à leurs mode de vie difficile.

L’exthasie, la methamphetamine, la cocaïne, la ketamine, le LSD et la GHB sont plus fréquents dans des pays à haute revenue. Alors que dans des pays à faible revenue le rapport note que : « the most commonly used drugs are likely to be inhalants, which can include paint thinner, petrol, paint, correction fluid and glue. »

Le World Drug Report 2018 fait aussi mention que 1/3 des consommateurs de drogue à travers le monde sont des femmes. Et les femmes sont plus vulnérables que les hommes, ce qui occasionne une risque plus élevée de contracter le HIV, hépatite C et autres infections «blood-borne».

Ce sont les femmes qui sont les plus utilisées pour la transportation des drogues, principalement pour l’axe africaine. 714 000 femmes sont derrière les barreaux à travers le monde alors le rapport fait état de 8,6 millions d’hommes qui ont été condamnés.