Actu de l'ile Maurice
Actualités

Lutter contre le crime et le vol: Neighbourhood Watch ou Voisins vigilants…la solution!

Lutter contre le crime et le vol: Neighbourhood Watch ou Voisins vigilants…la solution!

9 180 vols avec violence. 14 899 cas de vols au total. Ce sont là les chiffres officiels rapportés à la police en 2017 et publiés par Statistics Mauritius. Les agressions et vols sont devenues fréquents. Les malfrats n’hésitent plus à tuer pour voler. Le meurtre de Shyam Krishna Ramgoolam devrait apporter un réveil de conscience chez chaque citoyen. Il faut s’entre-aider.

En chiffres -selon le dernier rapport du bureau des statistiques

  • Sur les 364 904 dépositions consignées à la police, 2% sont liées au crime.
  • 31 personnes ont été tuées en 2017 contre 16 en 2016
  • Vols automobiles : 538 (2016), 680 (2017)
  • Vols: 1240 (2016), 1398 (2017)
  • Cambriolages: 1779 (2016), 1900 (2018)
  • Autres types de vols: 11 324 (2016), 12 287 (2017)
  • Vols avec violence (8374 (2016), 9180 (2018)

Il ne faut se voiler la face. Les chiffres officiels sont alarmants. Si en 2016, 18,885 cas de property offences avaient été rapportés,  ce nombre est passé à …21,417. Au niveau des cas liés aux vols, il y a eu une hausse de 9% (14 899 en 2016 à 16 265 en 2017) qui nous amène à un ratio de 13 cas de vols sur 1 000 personnes. Citoyens innocents, des femmes qui reviennent du travail, des étudiants rentrant chez eux, des personnes âgées dans leurs maisons, des receveurs, ou encore des touristes, on tous concernés.

Les habitants de Vallée des Prêtes se sont réveillés. Mais cela ne doit pas s’arrêter à une simple manifestation. La police ne peut être partout à la fois. Combattre le crime et le vol dans nos quartiers passent très probablement par le “neighbourhood watch”. Il faut revenir à nos vielles habitudes, qui jadis avaient fait ses preuves dans les années 60 à 80 dans des quartiers à Maurice.

Neighbourhood Watch…la solution!

 “Neighbourhood Watch is simply neighbours getting to know neighbours, looking out for each other and reporting suspicious activity to Police.”

Dans plusieurs pays du monde, le “neighbourhood watch”(“surveillance de quartier”) a porté ses fruits.

En Angleterre, l’Association Neighbourhood Watch, qui s’étend aussi au Pays des Galles réunit 2.3 millions membres de famille. Cette association avait obtenu en 2012 le Queen’s Diamond Jubilee Volunteering Award pour son travail au sein de la communauté.

Le premier plan de Neighbourhood Watch avait été lancé à New York en guise de réponse au meurtre de Kitty Genovese. Les Anglais, plus précisément les habitants de Mollington Cheshire, ont suivi en 1982.

Pour que le Neighbourhood Watch fonctionne, il faut d’abord et avant tout bénéficier de la collaboration de la Police et des volontaires actifs de la région. En Angleterre, dans le cadre de ce plan, on assure des patrouilles régulières et aussi  des rondes citoyennes.

France: Voisins Vigilants lancé en 2007

En France, le concept est connu comme “voisins vigilants’, qui permet une relation directe avec la Gendarmerie. Il avait été introduit en 2007 pour lutter contre les cambriolages.

A travers ces deux concepts, chaque citoyen, lorsqu’il est absent est assuré que sa maison est surveillée par son voisin. Toute chose anormale est signalée à la police qui arrive rapidement sur les lieux. Il existe aussi beaucoup de “tips” pour assurer le succès du “Neighbourhood watch”. Une des premières leçons concerne des mouvements suspects dans le village ou quartier. Si on voit passer une voiture qu’on ne connaît pas, on la remarque. Si cette voiture repasse 5 minutes plus tard, vous devez porter plus d’attention, et si elle repasse une troisième,  il faut immédiatement informer la police de ce mouvement suspect.

Yusuf Casamally, secrétaire de l’association Crime Watch:

“Une situation  alarmante…”

Yusuf Casamally, secrétaire de l’association Crime Watch ne passe pas par quatre chemins pour dire que la situation est alarmante. On ne peut le contredire car une triste réalité. Il classe les vols en deux catégories : «D’une part les vols mineurs, tels pour les matériaux de construction ou les fruits. D’autre part, il y a les vols prémédités, qui se font principalement la nuit et ici, il y a toujours le risque de mort d’homme. Si le propriétaire de la maison ou le gardien des lieux a reconnu les malfrats, ces derniers préfèrent éliminer tout témoin.»

Uusuf Casamally parle aussi des locations des bungalows rien que pour un week-end. «Cela représente un grave danger dans la mesure où les occupants s’y adonnent à des transactions louches et ils repartent dimanche soir et personne ne se doute de rien.» Il tire la sonnette d’alarme aussi sur des problèmes infrastructurels. Il y a des chemins qui ne sont pas éclairés, des branches qui obstruent les lumières ou les caméras. Il cite également des problèmes dans la région nord, où les panneaux indicateurs font défaut.

Pour ce dernier, l’idée de Neighbour Watch, une formule adoptée un peu partout, comme au Ward 4, pourrait être une solution pour assurer plus de sécurité dans le quartier. «La coopération du voisinage peut amener un plus dans la lutte contre les voleurs». Le secrétaire de Crime Watch ne pense pas que des sentences plus sévères soient une solution. « Il faut réhabiliter le criminel. Lui administrer une sanction plus conséquente ne va pas régler le problème. Il faut savoir pourquoi il a volé. Il y a surement un problème d’alcool ou de drogue. Aussi il faut que les jeunes trouvent de l’emploi. Nous devons adresser le problème à la base.»

CCTV…de plus en plus présents dans les commerces

Une compagnie de gardiennage nous a informé que les demandes d’installation de caméra de surveillance ont pris de l’ampleur. Toutefois, cela concerne essentiellement les commerces, mais très peu de résidences domestiques. Le coût en serait pour quelque chose. N’empêche, on nous affirme que les bungalows et les résidences huppées sont presque tous pourvus de CCTV.