Actu de l'ile Maurice
Monde

Affaire Benalla: Eclairage, affaire d’Etat et les explications d’Alexandre

Affaire Benalla: Eclairage, affaire d’Etat et les explications d’Alexandre
Le mercredi 18 juillet, Le Monde publie ses premières révélations et écrit avoir identifié Alexandre Benalla sur une vidéo mise en ligne dès le 1er mai sur YouTube. En quelques jours, l’affaire est devenue une affaire d’Etat. Macron parle lui d’une tempête dans un verre d’eau.

Affaire Benalla: Eclairage, affaire d’Etat et les explications d’Alexandre

Le mercredi 18 juillet, Le Monde publie ses premières révélations et écrit avoir identifié Alexandre Benalla sur une vidéo mise en ligne dès le 1er mai sur YouTube. En quelques jours, l’affaire est devenue une affaire d’Etat. Macron parle lui d’une tempête dans un verre d’eau.

Que s’est-il passé?

Le 1er mai, lors d’affrontements entre des manifestants et les forces de l’ordre, un homme moleste un homme et une femme. Le hic c’est qu’il a été filmé. Un mois et demi plus tard, le monde révèle son identité: c’est Alexandre Benalla qui ne devrait pas être là. Il est le chargé de mission à l’Elysée. Une révélation qui touche la présidence car il est homme clé du dispositif de sécurité entourant le chef de l’Etat Macron.

Mais en deux interventions, Alexandre Benalla a réaffirmé, n’avoir pas « porté » de coup lors de son intervention contre des manifestants le 1er mai mai à Paris.

« Il y a des gestes qui sont vigoureux, qui sont rapides, mais il n’y a aucun coup porté ». Mais les images semblent démontrent le contraire.

Benalla parle de manipulation d’mages« Ce qui me choque, c’est que les médias n’ont pas diffusé les images d’avant et les images d’après », plaide le jeune homme dans un extrait de l’interview diffusé plus tôt par LCI.

Il ne pense pas d’avoir commis d’acte répréhensible par la loi car il a eu une réaction de citoyen qui a voulu aider à appréhender des gens qu’il considérait comme des délinquants.

Après ce scandale, Alexandre Benalla a été mis en examen notamment pour « violences en réunion », et licencié par l’Elysée.