Actu de l'ile Maurice
Actualités

Services financiers : l’industrie s’accorde sur une stratégie de démystification

“High Risk Jurisdiction” : la SEBI rassure la partie mauricienne
Ebène abrite de nombreuses compagnies offshore à Maurice

Services financiers : l’industrie s’accorde sur une stratégie de démystification

Comment taire les rumeurs et autres préjugés qui frappent l’industrie des services financiers à Maurice ? Ce fut l’un des thèmes abordés ce mercredi 25 juillet lors d’une table ronde qui a réuni la Financial Services Commission, d’autres autorités de régulation, des représentants du gouvernement et des acteurs de l’industrie des services financiers. Les discussions ont aussi porté sur la récente mission du Chief Executive de la FSC en Inde pour clarifier certains points concernant la fiabilité et la réputation de notre centre financier.

Sauvegarder notre réputation comme centre financier sûr et fiable, et se pencher sur les éventuelles zones d’ombre pouvant nuire à notre industrie des services financiers. C’est dans cette optique que l’autorité de régulation, la Financial Services Commission (FSC), a organisé cette table ronde. Celle-ci a abouti sur plusieurs mesures, dont la constitution d’un comité directeur, avec des représentants clés des secteurs public et privé, qui aura la mission de mettre en place les éléments qui démontrent que le centre financier mauricien est non seulement sain, mais est sans doute l’un des plus sûrs dans cette partie du monde.

Les retombées de la mission d’Harvesh Seegolam, Chief Executive de la FSC, en Inde récemment sont aussi positives. Les mesures prises au niveau diplomatique, notamment les discussions avec le SEBI (Securities and Exchange Board of India) sont sur la bonne voie. « Il s’agit maintenant de convaincre les partenaires commerciaux de notre centre financier de notre bonne foi et de notre volonté de continuer à œuvrer dans la transparence comme nous l’avons toujours fait », souligne-t-il.

La mission a aussi permis de mettre en lumière certaines lacunes concernant les informations dont disposent les autorités et les entités commerciales indiennes sur notre industrie des services financiers. « Je pense qu’il nous faut davantage de communication avec nos partenaires en Inde, mais aussi en Afrique, pour faire tomber les mythes et les préjugés entourant notre centre financier. Pour cela, il nous faut le soutien et la collaboration de tous les acteurs de l’industrie des services financiers, d’où la table ronde que nous avons organisée aujourd’hui », ajoute Harvesh Seegolam.

Parmi les autres points évoqués lors de cette rencontre figure l’organisation d’une conférence de deux jours par la FSC vers la fin du mois d’août. Cette conférence abordera des sujets clés, notamment la vision commune pour le secteur financier, les réformes au secteur du Global Business, la fintech et la panoplie de nouveaux permis d’opération qui seront bientôt émis par la FSC, ainsi que la conformité aux lois et la lutte contre le blanchiment d’argent. Lors de cette conférence, les points saillants de tous ces sujets seront mis en exergue.