Actu de l'ile Maurice
Actualités

Courses de chevaux et casinos: Deux maillons incontournables sur la route des trafiquants de drogue

Courses de chevaux et casinos: Deux maillons incontournables sur la route des trafiquants de drogue

L’argent provenant du trafic de drogue est blanchie à travers la filière des jeux. La route privilégiée. Les casinos, les courses de chevaux, les gambling houses sont les frontières qui permettent que l’argent sale devienne ‘clean’! Pour cela, il faut compter sur des contacts internes, qui en tirent des bénéficies également.
L’équipe d’investigation de la Commission d’enquête détient des preuves pour démontrer comment les trafiquants blanchissaient leur argent à travers les courses hippiques, les casinos et autres maisons de jeux.

  • Casino: Rs 1 million blanchies lors d’une partie entre amis

Deux personnes interrogées, qui se disent être des marchands ambulants, ont effectuées plusieurs voyages d’affaires à Johannesburg, Mozambique et Madagascar. Il n’y a aucune entrée d’argent émanant de leur business sur leurs comptes à l’exception des chèques émis par une maison de jeu. Après enquête, cette maison de jeu a cessé d’émettre des chèques. La méthode est simple. Les deux marchands ambulants et trois autres personnes viennent chacun avec Rs 200 000. Rs 1 million est convertie en chips (jetons) ou crédits. Le groupe accepte de perdre un petit pourcentage, mais à la fin le reste de l’argent est ‘cash” à travers un chèque. Des managers corrompus émettent des reçus contre un paiement.
Des descentes ont eu lieu dans quelques maisons de jeux en présence des officiers de la Mauritius Revenue Authority et de la GRA. Certains “breaches” ont été notés dans la sauvegarde des données dans le système électronique alors que d’autres données sont ‘tampered”. Mais une enquête de la GRA, étrangement, n’a rien révélé.

  • Heavy betting…fixed race

La commission a eu des informations sur une course fixée. Une importante somme d’argent a été misée (which no punter would dream of putting a cent) sur un cheval par des trafiquants. Après sa course, le cheval n’est jamais revenu sur le circuit.
Les reçus des mêmes bookmakers dans les prisons
Beaucoup des officiers de prison, des trafiquants connus et leurs collaborateurs ont été interrogés sur des versements d’argent sur leur compte. Les explications données ont été qu’ils avaient gagné aux courses ou dans des casinos.
Des photocopies des reçus sur “allegedly winning racing betting stakes” ont été présentées. Étrangement, la commission note que ces reçus émanent d’un petit groupe de bookmakers. Mais la commission n’a pu réunir suffisamment des preuves pour les appeler. L’équipe d’investigation a aussi découvert que des gardes de prisons sont aussi propriétaires des chevaux.

  • Les raisons d’y croire

Sada Curpen: Un heavy gambler qui peut perdre jusqu’à Rs 300 000 lors d’une seule soirée en casino. En 2013 et 2014, il a dépensé Rs 1 million chaque année, Rs 80 000 en 2015, Rs 996 000 en 2016. En 2016, il a misé Rs 563 000 sur les courses de chevaux. Il dispose aussi d’un compte chez Tote ASL.
Bhye Tayub Woozeerally: Il y a que des versements des chèques sur son compte bancaire à Maurice. Des chèques émis par un casino.
Siddick Islam: Il a été en contact régulier avec un jockey et ce dernier avait été questionné par la Commission.
Officiers des prisons:  Des sommes importantes ont été déposées dans les comptes de 17 officiers de prison. Interrogés, certains ont dit qu’ils avaient emprunté à des familles alors que d’autres confirment que cet argent représente des gains accumulés dans des casinos ou des courses hippiques.
Les Recommandations:

  • A. Des contrôles plus sévères, une vérification de la provenance de la somme misée et à aucun moment des reçus ou chèque doivent être émis en échange des ‘chips’ achetés avec pour seul but d’être échangés après.Toute faute des employés doit être punie pas des peines sévères voir des peines d’emprisonnement après poursuite. Si des propriétaires des maisons de jeux participent à cette magouille, leurs permis doivent être résiliés et ces personnes ‘banned’ de l’industrie des jeux.
  • B. Un contrôle plus rigoureux au niveau des courses hippiques afin de ‘prevent possibility of money laundering with the complicity of corrupt bookies”.
  • C Toute mise au-dessus de Rs 5 000 doit être faite à travers un chèque. Le bookmaker aura à insérer les données du parieur aussi bien que le numéro du chèque dans leur système connecté à la MRA. Tout paiement sur des mises de plus de Rs 5000 doit se faire à travers un transfert électronique (internet banking) qui laissera ainsi des traces. Les banques auront une obligation d’informer les autorités compétentes sur toute transaction douteuse. Les parieurs peuvent retirer leurs gains à travers des guichets ATM. Les bookmakers peuvent aussi favoriser des paiements directs à travers des cartes de débits ou crédits.