Actu de l'ile Maurice
Actualités

PNQ – « Il est prématuré de sanctionner le ministre Sesungkur »

PNQ – Pravind Jugnauth : «Il est prématuré de sanctionner le ministre Sesungkur» inside.news
PNQ – Pravind Jugnauth-Xavier Luc Duval_nside.news

«La loi suivra son cours. A ce stade, il est prématuré de sanctionner le ministre Sesungkur. Une fois, l’affaire bouclée, je n’hésiterai pas à prendre des actions» : propos du Premier ministre, Pravind Jugnauth à l’Assemblée nationale, à la mi-journée.

  • Ainsi, il a répondu à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval qui lui a demandé s’il allait considérer la question de relever Sudhir Sesungkur de ses fonctions ministérielles vu les nombreuses allégations d’actes répréhensibles portées contre celui-ci.

Au tout début de sa réponse, Pravind Jugnauth dit d’avoir été informé d’un cas contre le ministre de la Bonne Gouvernance et des Services qui a été rayée.

«Les autres cas sont toujours au niveau de la police à des fins d’enquête. Le dernier cas est l’allégation d’agression. Je suis informé que la CID est en train de mener l’enquête dans cette affaire»,  a affirmé le Premier ministre.

 «Jusqu’ici, il n’a pas été poursuivi ou trouvé coupable. Ce n’est qu’après enquête policière que l’affaire est susceptible d’être référée au Directeur des Poursuites Publiques», a-t-il ajouté.

Faisant référence aux clauses de la Constitution,

  • notamment 59 (2) et 59 (3), ayant trait aux fonctions premierministérielles et ministérielles, Pravind Jugnauth a tenu à rappeler qu’il incombe de la prérogative du Premier ministre de nommer un ministre ou de le revoquer. Il a souligné qu’en vertu de la clause 36 (1), le siège d’un élu devient vacant lorsqu’il s’absente pendant une durée de 12 mois.
    De ce fait, dans le cas d’agression alléguée qui pèse sur Sudhir Sesungkur, il a réitéré que la loi suivra son cours.

Xavier-Luc Duval est revenu à la charge avec des questions supplémentaires.

«Le Premier ministre était-il au courant d’un cas contre le ministre Sesungkur qui remonte à janvier 2017 ?»

C’est à quoi, Pravind Jugnauth a rétorqué :

«Un cas qui suit son cours n’est pas une preuve. Il doit être prouvé. Il incombe au DPP de poursuivre l’affaire devant une cour de justice. Quant à moi, je ne peux pas prononcer un jugement»


Par conséquent, le leader de l’Opposition a cité le cas de Takoordass, un proche du ministre de la Bonne Gouvernance et des Services financiers, qui remonte à mars 2015.

«Trois ans se sont écoulés, le cas est toujours en suspens», .

a constaté Xavier-Luc Duval

Par ailleurs, le leader de l’Opposition a affirmé que le ministre Sesungkur a nommé ce monsieur Takoordass à Financial Services Commission.

«Est-ce que le Premier ministre trouve cela acceptable de voir quelqu’un être impliqué dans un cas d’«abusing personal affair» deux mois après sa nomination ?», s’est demandé Xavier-Luc Duval.

Le Premier ministre a estimé que ce dernier a des informations.

«You are the competent authority (…) Since July 2017 no action has been taken by the police»,

 a insisté le leader de l’Opposition qui a mentionnant le nom de Ramchurn.

C’est à quoi, Pravind Jugnauth a donné la réplique:

«I believe that I am competent not to confuse the role of Prime Minister and that of the institutions. I can’t be myself the investigation party.»

PNQ – «Il est prématuré de sanctionner le ministre Sesungkur»