Actu de l'ile Maurice
Interview

« Faire de l’océan un pilier de notre économie »

« Faire de l’océan un pilier de notre économie »-inside.news
PREMCHAND-SADDUL- source-internet

Le professeur Premchand Saddul  a été nommé Chairman du Board du Mauritius Oceanography Institute vendredi dernier. Lors de cet entretien qu’il nous a accordé mardi, il nous explique que sa priorité sera de faire Maurice un état océan. Dans une mini interview accordée à Inside News, il nous fait le point sur toute la portée de la mission qui l’attend.

Premchand Saddul, vous venez d’être nommé chairman du MOI. Quelles sont vos priorités ?

  • Tout d’abord laissez-moi remercier le Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth et le ministre Prem Koonjoo qui m’ont fait confiance en me plaçant à la tête de cette institution. Ma priorité première est d’utiliser à bon escient toutes les surfaces marines dont Maurice bénéficie. En quelque sorte je veux faire de Maurice un état océan. Nous avons nos côtes, nos lagons, nos récifs coralliens et la haute mer aussi. Il ne faut pas oublier que Maurice compte pas moins de 2 millions Km2 d’Exclusive Economic Zone. Je souhaite pouvoir utiliser toutes ces facilités pour réaliser mes objectifs principaux.

Pensez-vous avoir les moyens pour le faire ?

  • Ecoutez, j’ai pris connaissance de la composition du Board du MOI. J’ai constaté que nous avons de très bons éléments. Ce sont des high profile professionnals. Il y a aussi un staff superbe, ce qui est très prometteur.
  • Tout ce que vous projetez de faire va nous amener à quoi sur le plan économique ?
  • Je souhaite faire de l’océan un de nos piliers économique les plus importants. Bien sûr, cela ne se fera pas en une année, ou même cinq années. Développer les ressources marines demande du temps. Mais nous allons jeter les bases et dans les années à venir, je suis confiant que le pays en tirera un capital économique considérable.

Comment comptez-vous bousculer les choses positivement ?

  • J’ai remarqué qu’on fait beaucoup de recherches à Maurice. Mais j’ai aussi constaté que ces recherches vont dormir dans des tiroirs. C’est ça que je veux changer. On ne peut pas se contenter de faire des recherches pour un doctorat et finalement rien n’est mis en application. C’est cette formule que je veux changer.

Quel est, selon vous, le plus grand défi qui vous attend ?

  • Pour moi, le plus grand challenge c’est de faire face aux changements climatiques. Nous devons nous tenir prêt à faire face aux impacts des changements climatiques. Nous parlons actuellement des projets d’aquaculture. Et que se passera-t-il si les parcs marins doivent subir l’assaut des vagues géantes à chaque fois ? Nous devons nous atteler à mitiger ces impacts.

Et l’industrie de la pêche vous interpelle ?

  • Bien sûr que cela m’interpelle. Nous devons voir comment préserver notre ressource en poissons. Il faut veiller à ce que les autres pays ne viennent pas piller nos bancs de poissons. Maurice est classé 4e en région la plus poissonneuse en thon. L’Inde nous apporte beaucoup d’aide en ce domaine. Il y a actuellement un satellite qui nous indique les bancs de poissons et c’est plus facile de dépister les régions les plus poissonneuses.
  • Aussi nous devons avoir beaucoup plus de bateaux semi-industriels pour des campagnes de pêche plus profitables.

Ces derniers temps il y avait des polémiques sur l’élevage de coraux. Qu’en pensez-vous ?

  • Il ne faut pas avoir de polémiques sur ce dossier. Beaucoup de pays pratiquent la culture de coraux. Il faut savoir que quand les coraux meurent, tout meurt, tout l’écosystème en souffre. Regardez à Grand Baie, il n’y a plus de coraux.

Pour conclure, Premchand Saddul, c’est un peu votre rêve qui se réalise ?

  • Disons que maintenant je nage dans les grandes eaux. Auparavant j’étais chairman de la CWA, c’était de l’eau douce. Je souhaite quand même que je ne vais pas nager en eau trouble. Mais je garde confiance que je pourrai apporter ma contribution dans le développement marin du pays.
« Faire de l’océan un pilier de notre économie »