Actu de l'ile Maurice
Actualités

Les débats sur la Private Members’ Motion d’Alan Ganoo renvoyés

Les débats sur la Private Members’ Motion d’Alan Ganoo renvoyés
Etienne Sinatamboo

La Private Members’s Motion du député de No 14 ( Savanne/Rivière Noire) Alan Ganoo portant sur la limitation du mandat du Premier ministre et des dispositions légales anti-tranfugisme, entre autres, a été renvoyée à une date ultérieure. Cela d’autant plus que les travaux de l’Assemblée nationale ont été ajournés à mardi 16 octobre.

C’est le ministre de l’Environnement et de la Sécurité Sociale et de la Solidarité nationale, Etienne Sinatambou qui a été le premier à intervenir sur cette motion. Dans une longue intervention d’une durée environ deux heures, le ministre Sinatambou a tout d’abord déploré l’absence du MMM. «Voilà le genre d’exemple que nous avons», a-t-il affirmé.

Abordant la motion du président du Mouvement Patriotique, Etienne Sinatambou a argué :

«Au fait nous devrions avoir un débat sérieux (…) Mais dans la conjoncure, cette motion n’est pas appropriée pour être débattue dans cette Chambre.»

Il faut dire que la motion d’Alan Ganoo portait sur plusieurs points. Selon lui après 25ans de la République de Maurice et 50 ans d’indépendance, la Constitution

Devrait envisager l’introduction de nouveaux

des provisions : (a) limitation du mandat du Premier ministre; (b) pourvoir des dispositions légales anti-transfugisme; (c) prévoir un quota de genre pour une représentation plus juste des femmes à l’Assemblée nationale ; (d) revoir les pouvoirs de Electoral Boundary Commission par rapport à la délimitation des circonscriptions, entre autres.

«Ce n’est qu’après 36 ans que l’honorable membre voit la nécessité de limiter le mandat du Premier ministre. Lui qu a été deux fois ministre et membre de l’Assemblée nationale en huit occasions. De ce fait, il n’y avait aucune nécessité d’introduire des environmental rights», s’est demandé le ministre Sinatambou.

Faisant référence au mot «démagogie», Etienne Sinatambou, il s’est plaint que pendant «ces 30 dernières années, il n’y avait aucune raison de venir de l’avant avec une nouvelle législation.»

Au cours de son intervention, Etienne Sinatambou est revenu sur plusieurs aspects légaux de droits environnementaux ; le Developpement and Environmental Law de 1992 ; les Petits Etats Insulaires en Développement (PIED), la Millenium Declaration ( couvrant la 3e génération), la Mauritius Stratedy ( Rio + 20), le 2015 Post-Agenda, pour ne citer que ceux-là. «I regret to say anachronism. I explained the 3rd general of Development and Environmental Rights (…) There is something different at international level»,  a-t-il affirmé.

Toujours en ce qu’il s’agit de l’Environnement à Maurice, Etienne Sinatambou a dit constater :

«Toujours est-il que nous avons  une armada en terme de lois, mais nous souffrons d’un déficit au niveau de l’Enforcement»

De son côté, le député Arvin Boolell est d’avis que le gouvernement en place n’aurait pas la volonté de venir de l’avant avec le projet de réforme électoral.

Les débats sur la Private Members’ Motion d’Alan Ganoo renvoyés