Actu de l'ile Maurice
Uncategorized

Revue politique, effet dominos sur plusieurs comités régionaux du MMM…

Revue politique, effet de dominos sur plusieurs comités régionaux du MMM…
Pradeep Jeeha :''Rajesh Bhagwan coze avec enn arrogans ek enn violans verbal lor radio, gramatin''

Pour la énième fois, l’actualité politique, cette semaine, a été dominée par des militants du MMM au sein de différentes circonscriptions, notamment, 1, 4, 7 et 17 qui sont en ébullition et la démarche de principaux dirigeants de la Plateforme pour un Nouveau MMM d’annoncer la rupture avec leur parti.

Voici quatre mois, après la démission de Dorine Chukowry, ex-Lord Maire de Port-Louis du MMM, 19 membres du comité régional mauve au No 1 (GRNO/Port-Louis Ouest) ont claqué la porte au MMM au début de cette semaine.

Animant une conférence de presse, jeudi 9 août, Dorine Chukowry a annoncé son adhésion au MSM. «Mo pa enn kameleon», insiste-t-elle. Aussi, 21 autres militants de No 1 se sont joints au MSM.

La première femme à accéder au poste de lord-maire a confié d’avoir été approchée par plusieurs partis politiques et même  la Plateforme pour un Nouveau MMM. Elle a soutenu qu’après une période de réflexion et deux rencontres avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, elle a décidé de rejoindre les rangs du MSM. «En dépit du fait que les dirigeants du MMM m’ont demandé de retourner au bercail, un des leurs m’avait même proposé la présidence de la commission de l’Education à la place de Steven Obeegadoo. Je dois dire que Dorine Chukowry n’est pas un caméléon. Mon choix s’est porté sur le MSM », a-t-elle soutenu.

Au No 17 (Curepipe/Midlands), mercredi soir, plus d’une centaine de membres du Comité région ont annoncé leur démission du MMM, vu que la direction du parti a opté d’y mettre en place un comité régional parallèle dans le but de contrer Steven Obeegadoo.

Prenant la parole lors de cette réunion nocturne, l’ancien président de la Commission de l’Education a soutenu : «La situation est devenue intenable. Nous sommes interdits d’accès à notre parti qui était le MMM. Les portes cadenassées. En un mot, la rupture est consommée entre nous et le MMM.»

Cet effet de domino sur les différents comités régionaux du MMM s’est répandu pour atteindre celui du No 4 (Port-Louis Nord/Montagne Longue). Quelque 200 militants, issus des régions de Congomah, Crève-Cœur, Chiltrakoot, Ste Croix, La Cure, Riche Terre, entre autres, dont les membres suspendus de la régionale No 4, sous la férule de Swadesh Babajee, ont décidé de quitter le MMM pour s’adhérer à la Plateforme pour un Nouveau MMM.

Lors de son intervention, au Centre Municipal, à Le Cornu, Ste Croix, jeudi 9 août, l’ancien leader adjoint du MMM, Pradeep Jeeha a lancé un défi au secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan de démissionner du Parlement pour le confronter à une élection partielle.

«Rajesh Bhagwan coze avec enn arrogans ek enn violans verbal lor radio, gramatin. Li dir nou ale, ale fer parti politik. Mwa, mo lans li enn defi. Si to appel Bhagwan, demissionne dimain, vinn confront mwa dan enn election partiel», lance Pradeep Jeeha. «Aret zape dan la presse. Mo pare pou li mwa», ajoute-t-il. Pradeep Jeeha a soutenu que cette façon de faire de la politique, prônée par le MMM d’aujourd’hui est révolue. «Sorry, nou tourn ledos nou ale ! Nou, nou fer politik avec la baz, me pa dan salon», a-t-il insisté.

Lors de son intervention, Swadesh Babajee a fait une rétrospective de sa suspension, lui et ses autres amis de la régionale No 4, pour une durée indéterminée par une «décision unilatérale» du leader du MMM, Paul Bérenger.

«Aujourd’hui, c’est un jour triste. Or, en boudant cette réunion, nous voulions donner un signal fort : après la débâcle de 2014, nous avions insisté pour une nouvelle direction du MMM. Mais,  Paul Bérenger ne voulait pas nous écouter, ainsi que d’autres amis militants», explique Swadesh.

En dépit de cette ébullition au MMM, il est souligné que Paul Bérenger est un mode de campagne électorale. Lors de sa conférence hebdomadaire, le samedi 5 août, Paul Bérenger a laissé entendre que les dirigeants du parti mauve rencontrent, actuellement, les candidats potentiels aux prochaines élections générales.

Revenant à nouveau sur la réforme électorale, le leader du MMM a laissé entendre que si la loi est présentée comme telle (60 élus First Past the Post, 12  élus parlementaires par la proportionnelle et 8 choisis par d’autres méthodes), le MMM votera « under protest ». Il a réitéré qu’il faudra une dose de la proportionnelle.

Le leader du MMM  est revenu à la charge sur le rapport de la commission d’enquête sur la drogue.

 «Pour ce qui est du rapport de la commission d’enquête Lam Shang Leen sur la drogue, j’ai la ferme conviction que rien ne va changer. Il y a du bla, bla, bla…», a soutenu Paul Bérenger. Il est d’avis que le comité interministériel, institué pour se pencher sur les recommandations de ce rapport s’inscrirait dans une perspective de « gagner du temps »

« Fondamentalement, rien ne va changer », a-t-il martelé. Répondant à une autre question de la presse, le leader du MMM a souligné : « Je m’attendais à un rapport plus complet. L’ADSU a été un échec total. On recommande le changement d’appellation. What’s in a name ?»

Outre le rapport Lam Shang Leen, le leader du MMM, a également, abordé d’autres thèmes : Parlement, Children Bill, entre autres.

Pour ce qui est du Children Bill, le leader du MMM a déploré : «cela fait trois ans que le gouvernement tourne en rond autour du Children’s Bill.»

 

Revue politique, effet dominos sur plusieurs comités régionaux du MMM…