Actu de l'ile Maurice
Actualités

Comment les grands conglomérats mauriciens investissent l’Afrique

Comment les grands conglomérats mauriciens investissent l’Afrique
Les grandes entreprises mauriciennes sont, de plus en plus présentes en Afrique

L’Afrique est, de plus en plus, une terre de conquête pour les grandes entreprises mauriciennes. Les plus grands conglomérats du pays étendent, en effet, leurs activités sur le continent noir, et ce, dans des secteurs d’activités très diversifiés. Inside News vous propose une liste, non-exhaustive, de ces opérations mauriciennes en Afrique.

IBL

Arnaud Lagesse, CEO d'IBL

IBL est le plus important groupe du pays en termes de chiffre d’affaires. Le groupe est présent à plusieurs niveaux en Afrique. Le cluster Agro du groupe, qui est composé d’Alteo opère au Kenya et en Tanzanie, comme le souligne le dernier rapport annuel du groupe. Alteo y gère des plantations de canne à sucre et y produit aussi de l’électricité. Fait à souligner de prime abord : le chiffre d’affaires du cluster Agro (Rs 8, 9 milliards en 2017) vient désormais en majorité de l’Afrique : 22% pour le Kenya, 32% de la Tanzanie et 46% pour Maurice… Le cluster commercial, à travers Brand Activ et Intergraph est pour sa part également présent en Ouganda, aux Seychelles, à Madagascar ou encore à l’Ile de la Réunion. Le revenu de ce cluster était, en 2017, de Rs 11, 3 milliards, générant des profits de l’ordre de Rs 474 millions. Le pôle financier d’IBL a aussi une présence soutenue en Afrique, notamment par le biais de la banque AfrAsia (en Afrique du Sud), d’ABAX (Afrique du Sud, Kenya, Côte d’Ivoire) ainsi que DTOS (en Ouganda). Le chiffre d’affaires de ce cluster a été de l’ordre de Rs 1, 8 milliard en 2017 pour des profits de Rs 225 millions. Le cluster ‘hospitality’ qui comprend les hôtels LUX* est pour sa part présent aux Maldives et à l’Ile Sœur qui ont compté, respectivement pour 19% et 12% des revenus (Rs 5, 1 milliards en 2017). Le pôle manufacturier est, pour sa part, présent à l’Ile de la Réunion (Phoenix Bev) et en Ouganda (Freshcuts). Le chiffre d’affaires de ce cluster a été de Rs 7, 6 milliards en 2017 avec des profits opérationnels de Rs 628 millions. Le cluster logistique, qui compte, notamment Logidis ou encore Somatrans est, pour sa part, présent aux Comores et à Madagascar.

MCB

Le groupe MCB dans le région

La Mauritius Commercial Bank a ouvert une première branche, hors de Maurice et plus précisément à Madagascar en 1991. Un an plus tard, la première banque de Maurice procèdera à l’ouverture de la Union Commercial Bank dans la Grande Ile. En 1992 toujours, la banque deviendra actionnaire majoritaire de la BFCOI, banque présente à la Réunion, Mayotte et aux Seychelles. En 1999, l’Uniao Comercial de Bancos est ouvert au Mozambique. Les opérations aux Seychelles, à Madagascar et au Mozambique se fera, plus tard, sous le nom de la MCB. En 2008, un bureau de représentation est aussi ouvert à Johannesburg ainsi qu’une branche à Malé aux Maldives. En 2014, un bureau de représentation est aussi ouvert au Kenya. Au total, comme le souligne le groupe dans son dernier rapport annuel, la MCB compte quelque 200 représentants sur le continent africain. La MCB est aussi la seule banque mauricienne à être classée dans le top 25 des meilleures banques en Afrique. Néanmoins les opérations de la banque en Afrique demeurent toujours assez faibles ; moins de 10% des profits du groupe étant imputable à ces filiales.

SBM

Le couverture du dernier rapport annuel de la SBM

La couverture du dernier rapport annuel de la SBM Holdings est édifiante avec comme titre : Expansion in Africa. La deuxième banque du pays a, en effet, enclenchée depuis plusieurs années un développement tout azimuts de ses activités en Afrique. Au Kenya, la banque a fait l’acquisition de la Fidelity Commercial Bank l’année dernière qui est depuis devenue SBM Kenya. La SBM finalise aussi l’acquisition de la Chase Bank ce qui fera, à terme, de la SBM un acteur important du secteur bancaire kenyan. La banque est aussi présente à Madagascar et entend y étendre son réseau de branches. Aussi présente en Inde, la SBM a de grandes visées sur le continent noir. « Notre expansion stratégique au Kenya et en Inde devrait nous positionner comme un pont financier dans le corridor Asie-Afrique et devrait nous aider à attirer les investisseurs indiens qui souhaitent investir et commercer avec l’Afrique », souligne ainsi Kee Cheong Li Kwong Wing, Chairman de la SBM Holdings dans le dernier rapport annuel de la banque.

CIEL

Arnaud Dalais, Chairman de CIEL

Le conglomérat CIEL est présente dans plusieurs pays d’Afrique, en l’occurrence au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda, en Zambie, à Madagascar, au Botswana ou encore au Nigeria. Les principaux champs d’activités du groupe en Afrique : l’agro-industrie ou encore les services financiers. Ainsi à Madagascar, le groupe est impliqué dans le secteur bancaire avec sa prise de participation au sein de la BNI. Toutefois, c’est le secteur de l’Agro-industrie qui semble être du plus grand intérêt pour le groupe. « Alteo Limited, notre entreprise associée au sein de notre cluster Agro & Property, a réalisé une bonne année attribuable principalement à ses activités internationales en Tanzanie et au Kenya et qui ont positivement contribué à nos résultats », indique ainsi Arnaud Dalais, le Chairman du groupe dans le dernier rapport annuel de CIEL. Le cluster Healthcare a, pour sa part, investi au Nigeria et en Ouganda.

Rogers

Phillipe Esptalier-Noel, CEO de Rogers

Rogers est présente à plusieurs niveaux en Afrique, en particulier dans les iles de l’océan Indien (Madagascar, Réunion, Seychelles, Comores ou encore Mayotte), mais aussi en Afrique du Sud, au Kenya et au Mozambique. Rogers Capital, qui s’occupe des solutions financières et de la Fintech, entre autres, est présente en Afrique du Sud et aux Seychelles. Rogers Aviation, pour sa part, est représentée au Mozambique, aux Comores, à la Réunion ou encore à Madagascar. Velogic, impliquée dans des opérations de logistique est, pour sa part, présente à la Réunion, à Madagascar, au Mozambique et au Kenya.

Terra

Terra possède 24, 5% de Inside Capital Partners Ltd, compagnie impliquée dans la gestion d’actifs et qui travaille principalement avec des compagnies dans des pays d’Afrique du sud-est. Inside Capital Partners Ltd est domiciliée à Maurice avec une antenne en Zambie. Sur le plan des services financiers, toujours, Terra possède 38, 9 % de Inside Equity Fund, qui offre des solutions financières à des PME en Afrique du Sud et de l’Est. Terra détient aussi 27% de Terravest qui est impliquée dans la vente de produits comme des toilettes mobiles ou encore des réservoirs d’eau en Afrique de l’Est.

Omnicane

Jacques d’Unieville, CEO d’Omnicane

Omnicane a débuté une implantation au Kenya et au Rwanda. Le groupe mauricien a investi au Kenya au sein de Kwale International Sugar Company Limited, et au Rwanda pour la production électrique. Dans le dernier rapport annuel de la compagnie Jacques d’Unienville, le CEO devait ainsi souligner que 2017 a été une année assez morose pour les activités au Kenya, le pays ayant été frappé par une sècheresse. Ce qui ne mine toutefois pas la détermination du groupe à poursuivre ses activités dans ce pays. « Le potentiel de ce projet est énorme et nous devons maintenant obtenir un maximum de cannes à l’usine pour atteindre notre vitesse de croisière dans les deux prochaines années », explique Jacques d’Unienville. Ce dernier qui devait aussi afficher la même confiance au sujet de la centrale de production d’électricité au Rwanda : « Nous sommes convaincus qu’à la fin de ce projet, nous aurons les bonnes qualifications pour développer d’autres projets similaires dans la partie Est de l’Afrique ».

Harel Mallac

Le groupe Harel Mallac a diversifié ses opérations hors des frontières mauriciennes soit au Burundi, à Madagascar, au Rwanda, en Tanzanie ou encore en Zambie. Parmi les secteurs d’activités dans lequel le groupe s’est engagé : la vente de produits chimiques ou encore de fertilisants à travers la MCFI. « L’objectif stratégique pour 2018 reste le développement du marché dans les pays existants et explorer de nouveaux territoires sélectionnés en Afrique tout en continuant à améliorer nos propositions de valeur pour les différents marchés », explique ainsi le Conseil d’administration dans le dernier rapport annuel du groupe. Il est à souligner que les ‘revenus from external customers’ du groupe étaient, en 2017 de Rs 3, 9 milliards et dont Rs 601, 2 millions venant des opérations africaines.

Comment les grands conglomérats mauriciens investissent l’Afrique