Actu de l'ile Maurice
Judiciaire

Attentat à la pudeur sur deux Françaises, deux “masseurs” mauriciens derrière les barreaux

Attentat à la pudeur sur deux Françaises, deux “masseurs” mauriciens derrière les barreaux
Mélanie a affirmé en Cour qu’elle était ““pétrifiée, terrorisée et je ne pouvais plus bouger”

Les deux Françaises, Mélanie et Isabelle, victimes d’attentats à la pudeur en 2009 à Maurice, ont obtenu justice. Leurs deux agresseurs, dont un tour opérateur, ont vu leurs condamnations à une peine d’emprisonnement maintenues en appel. Les deux coupables, Bissessur et Joomun, avaient promis une séance de massage gratuite, en guise de cadeau de dédommagement” aux deux soeurs, mais ils avaient d’autres idées derrière la tête ce soir-là. Bref, un cadeau empoisonné.

Les deux hommes avaient été poursuivis sous la section 249(2) du Code criminel soit attempt upon chastity”. Jugés, ils avaient été trouvés coupables et le magistrat les avait condamnés à une année de prison et Rs 500 d’amende. Le Senior Puisne Judge, Asraf Caunhye, a trouvé que cette sentence était juste vu l’offense commise et les témoignages de deux Françaises.

Une chose est sûre. Les deux Françaises, l’une est policière et l’autre infirmière, qui étaient venues en compagnie de leurs petits amis, seront marquées à jamais de leur mésaventure sur le sol mauricien ce 11 septembre 2009.  Les vacances paradisiaques ont tourné au cauchemar. Après une sortie en catamaran, le tour opérateur, Joomun, leur a offert une séance de massage gratuite. Le soir du 11 septembre, Joomun les emmène dans un salon de massage à Grand Baie. Sur place, elles sont accueillies par Bissessur qui s’autoproclame “médecin-naturopathe” et a une expérience comme ayurvedic doctor”.

Les deux soeurs sont emmenées dans des chambres différentes. Mélanie s’est déshabillée, selon sa version des faits, mais elle fut surprise de voir venir un “homme”, soit Bissessur en personne. La jeune femme céda et se fait masser le dos. Après quoi, Bissessur lui a demandé de se retourner. C’est ce qu’elle a refusé dans un premier temps. Mais les paroles de ce dernier soit que  “Je suis médecin, je vous répète, regardez, tout s’est bien passé jusqu’à l’heure. Pourquoi seriez-vous inquiète?”, la rassurent.

Mais les choses se sont dégradées par la suite et la jeune fille n’a pas apprécié les mouvements des mains du masseur. Elle l’a repoussé. Mélanie a affirmé en Cour qu’elle était “pétrifiée, terrorisée et je ne pouvais plus bouger”.

Pour cette dernière, Bissessur s’est comporté comme un “comme un malade, un sadique”. Son calvaire a duré 45 minutes.

Quand sa soeur est descendue, Mélanie en regardant son visage savait qu’elle a aussi subi les mêmes actes. Elles ont quitté le salon aux alentours de 19h15, mais en route Joomun les a ordonnés de ne rien dire à personne pour ne pas avoir des ennuis. Isabelle, furieuse, s’en est pris au tour opérateur, car elles n’ont jamais voulu d’un massage coquin.

En Cour, Isabelle a indiqué que Joomun lui avait rassuré en lui disant ceci: “…mais oui bien sûr à l’île Maurice c’est comme ça, les Mauriciens sont polyvalents. J’ai été formé par M. Bissessur, je sais très bien masser, ne t’inquiète pas j’ai l’habitude, détends-toi relaxe, relaxe, relaxe, voilà …”. Elle a donné tous les détails relatifs, de ce qui s’est passé dans la chambre ce jour-là,  dont la posture en “en califourchon” de Joomun sur son dos. Elle a protesté et, dans un premier temps, Joomun est revenu à un massage normal avant de reprendre son petit jeu. Ce dernier a aussi menacé la fille en ces termes

“Tais toi, maintenant c’est comme ça et tu ne dis rien à personne sinon tu auras des problèmes!”

De retour, elles avaient averti leurs copains de leurs mésaventures et, sur les conseils d’un ami, elles ont consigné une déposition contre leurs agresseurs le lendemain.

En Cour, les deux accusés avaient plaidé non coupables et ont contesté les allégations portées contre eux. Toutefois, le magistrat avait trouvé que les versions de deux soeurs étaient sans équivoque. En appel, le Senior Puisne Judge, Asraf Caunhye écrit: “The learned Magistrate was also fully alive to the desirability of having corroborative evidence in cases of a sexual nature and that she had to address her mind to the danger of acting on uncorroborated evidence in the present matter, which depended essentially on the evidence of the complainants. Her elaborate analysis of the evidence as well as her careful scrutiny of the demeanour of the witnesses, after having given herself an adequate and  appropriate warning as to the need for corroboration, cannot be said to be defective in any respect. We see no reason to interfere with the decision of the learned Magistrate to act on the sole and uncorroborated testimony of each complainant when it was plainly safe for her to act upon such evidence which she found to be credible and reliable.”

Il a donc rejeté cet appel et les deux hommes iront derrière les barreaux pour une année.

 

Attentat à la pudeur sur deux Françaises, deux “masseurs” mauriciens derrière les barreaux