Actu de l'ile Maurice
Actualités

On ne fait pas du cinéma avec l’uniforme de la police

On ne fait pas du cinéma avec l’uniforme de la police
Nos lois interdisent une personne d’être en possession d’un bien de l’état. L’uniforme de la police en fait partie.

Il y a trois jours, deux “acteurs” jouaient au flic au Jardin de la Compagnie, Port Louis. L’un est enseignant, l’autre est employé au Financial Services Commission. Le hic, c’est qu’ils ont été arrêtés, car ils portaient l’uniforme de la police mauricienne et, selon le scénario du film, ils prenaient des automobilistes en contravention. Nos lois interdisent une personne d’être en possession d’un bien de l’état. L’uniforme de la police en fait partie. Les sections 41, 182 et 182A sont très claires.

 Lundi 13 août 2018. Deux comédiens sont en tournage au Jardin de la compagnie. Les passants s’arrêtent et apprécient ces deux “acteurs” mauriciens déguisés en policiers. Cette scène ne laisse pas insensible une équipe de police qui était en patrouille. Ils sont arrêtés, mais expliquent qu’ils participaient au tournage d’un film destiné à l’industrie tollywoodienne.

Ont-ils le droit de porter l’uniforme de la police, même avec l’accord des policiers concernés? Les sections 41, 182 et 182A sont très explicites.

La section 41 se lit comme suit: Possession of property bearing mark of Government or third party – “Ceux qui seront trouvés d’avoir en leur possession tout objet quelconque provenant des magasins ou ateliers du Gouvernement et portant la marque affectée à un service public quelconque, ou tout objet portant le nom ou la marque d’un tiers, ou qui auraient effacé les noms ou marques apposés sur les dits objets, sans pouvoir justifier qu’ils en sont légitimes possesseurs, seront considérés et punis comme receleurs, lors même que le vol des dits objets ne serait pas prouvé”

Les deux “faux policiers” ont aussi commis des infractions aux sections 182 et 182A du Code criminel. D’abord pour usurpation, car cette section précise que “Quiconque, sans titre, se sera immiscé dans des fonctions publiques, civiles ou militaires, ou aura fait les actes d’une de ces fonctions sera puni de l’emprisonnement, sans préjudice de la peine de faux, si l’acte porte le caractère de ce crime.”

Le législateur a également fait provision pour traduire en justice tous ceux qui portent illégalement des ‘uniformes’ de la police, de l’armée ou tout object (kepi, insignes, brassards, vêtements, équipements et tout article faisant partie d’un uniforme) ayant une similitude.

On peut ainsi lire que à la section 182A- Unlawful wearing of uniform  (1) Any person who, without lawful authority –  (a) wears any uniform of the Police Force or of the armed forces where he is not entitled to do so; (b) wears any article of clothing or other article likely to be mistaken for uniform mentioned in paragraph (a) unless he satisfies the court that he had no intention that it should be so mistaken; (c) has in his possession, or sells or otherwise disposes of, a uniform mentioned in paragraph (a), to any person who is not authorised to wear that uniform, shall commit an offence.

La clause 182(A)(2) interdit l’importation de l’uniforme de la police sans l’autorisation du Commissaire de Police. Pour toute infraction à ces sections de la loi, le coupable risque une amende maximale de Rs 10 000 et une peine d’emprisonnement ne dépassant pas les deux ans.

Selon l’inspecteur Shiva Coothen, le responsable de communication de la police, c’est le commissaire de police Mario Nobin, qui est le seul habilité à donner une autorisation. Or dans ce cas précis, la police n’aurait reçu aucune requête au sujet de ce tournage.

Comédiens…vous êtes donc avertis. On ne fait pas du cinéma avec l’uniforme des forces de l’ordre.

On ne fait pas du cinéma avec l’uniforme de la police