Actu de l'ile Maurice
Edito

[Édito] À bas le communalisme…

À bas le communalisme…

C’était cette semaine. Une file d’attente interminable dans les supermarchés à travers l’île, rien que pour se procurer du fameux gâteau « bleu/blanc » afin de fêter dignement Marie. Mais en y regardant de plus près — et cela valait bien la peine — on pouvait y voir des Mauriciens, toutes religions confondues.

Oui… c’est cela la beauté de notre petite île.  Le jour de l’Assomption, nos frères et soeurs Créoles avaient, pour certains, comme menu principal un « briani »,  ou encore un bon « curry ». À trop s’envoyer des sucreries du « Deepavali », nos frères hindous se voient facilement manger un « mine bouilli ». Nos différentes cultures se marient facilement à Maurice, dans une interaction des plus harmonieuse. C’est devenu presque naturel pour le Mauricien de vivre pleinement cet échange culinaire, vestimentaire et surtout culturel. Comme le disait mon grand-père : « Ki Morisien pas danse enn ti sega kan ena fête… ». En gros, c’est cela la beauté de notre nation arc-en-ciel, où toutes les communautés ont assimilés les particularismes de l’autre…

Tout cela est bien joli. Mais, c’est une toute autre histoire quand l’on en vient à associer la religion à la politique. Le dernier rapport de l’United Nations Human Rights sur l’implémentation de la Convention Internationale sur l’élimination de toutes formes de discrimination, a justement, mis l’emphase sur la question de l’ethnicité.

Premier constat, il est faux de dire que seuls les Créoles ont été victimes de la discrimination raciale à Maurice. Selon des règles tacites et occultes du système de caste, qui a prévalu au sein de la société, des membres de la communauté hindoue ont également été frappé d’une certaine forme d’ostracisme.

Ce fut un travail herculéen que de corriger les impairs ethniques et apporter égalité, dignité et droits fondamentaux. La pratique ethnique qui prévalait à Maurice avait été spécifiquement façonnée pour maintenir la suprématie de la classe Vaish au-dessus des autres entités minoritaires de la communauté hindoue. L’United Nations Human Rights rappelle que le Human Rights Committee de 2012 avait trouvé que les provisions du Best Loser System étaient en violation du Traité International sur les Droits Civils et Politiques.

Maurice se devait de prendre des mesures pro-actives pour apporter des remèdes efficaces afin d’implémenter ce traité. Toutefois, les mesures prises ne furent qu’une stratégie pour maintenir le statu quo. Les reformes électorales, programmées pour la fin de l’année ne peuvent être que des reformes complètes et fonctionnelles. Mais les forces destructrices du racisme sont à l’oeuvre en prévision des élections générales prévues pour 2019. Le profil ethnique des candidats potentiels a déjà commencé, basé sur ce qu’on appelle le communalisme scientifique, ce qui signifie que l’appartenance ethnique des candidats doivent coïncider avec le profil ethnique de la majorité des votants de la circonscription concernée.

Minorité ou majorité ethnique, ou encore constituant majoritaire au sein d’une même communauté… Ces considérations sont encore profondément ancrées chez certains. Ce, au détriment du mérite, de la compétence. Tout ceci au grand dam de la préservation de notre unité nationale et de notre diversité…

[Édito] À bas le communalisme…