Actu de l'ile Maurice
Actualités

Jaylall Boojawon commente le transfert punitif des policiers

L'inspecteur Boojhawon : « Nous ne voulons de réforme cosmétique »
L’inspecteur Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union

Pourquoi sanctionner des policiers, alors qu’il y a la présomption d’innocence ? Une question que se pose l’inspecteur Jaylall Boojawon, président de la Police Officers Solidarity Union. Le syndicaliste des policiers a réagi sur Inside News dans le sillage des transferts punitifs allégués des policiers cités dans le rapport Lam Shang Leen.

Il dénonce la manière de faire du commissaire de police dans cette affaire. Pour l’inspecteur Boojawon, les policiers ont été transférés avant même que la CCID ne démarre son enquête. De plus, le syndicaliste déplore que la SSU est devenu un fourre-tout ces derniers temps, avec la venue de tous les policiers qui ont fauté dans le service.

Dans la même foulée, l’inspecteur Boojawon trouve étrange que seulement les policiers de rang inférieur qui sont sanctionnés, alors que des très haut gradés s’en sortent toujours. Pour revenir à ces salves de transferts, Jaylall Boojawon dit que le transfert n’est pas la solution, affirmant qu’un policier peut être transféré seulement s’il a fauté dans son travail.

Concernant le transfert de l’ASP Luchun, Jaylall Boojawon affirme que selon le Personal Management Manual, aucun policier n’a le droit de participer à des activités politiques. Or, affirme-t-il, l’ASP concerné a avoué qu’il a l’habitude d’assister à ce Comité Central, apportant sa contribution en matière de sécurité. Mais le syndicaliste dit que cette explication ne tient pas la route, puisque l’ASP Luchun était posté au PIO, ce qui n’a rien à voir avec la protection rapprochée.   

Jaylall Boojawon commente le transfert punitif des policiers