Actu de l'ile Maurice
Actualités

Le MJS campe sur sa position sur le cas Buckland

Le MJS campe sur sa position sur le cas Buckland
Stéphan Toussaint dit ne pas comprendre le refus de lBuckland.

Son entêtement fait polémique actuellement dans les médias et sur les réseaux sociaux. Stéphan Buckland refuse de fournir un certificat de moralité pour bénéficier d’une pension d’ancien athlète de haut niveau du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES). Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stéphan Toussaint dit ne pas comprendre le refus de l’athlète.

Pour comprendre le bras de fer, TFES – Buckland, il faut remonter au mois octobre de l’année dernière.  En octobre 2017, en effet, les athlètes ont été informés qu’ils bénéficieront de cette allocation, les récompensant pour leur contribution sportive, à la seule condition qu’ils produisent un certificat de moralité.

« Aucun athlète n’a objecté. Je ne comprends pas pourquoi Buckland refuse de fournir un simple certificat de moralité. A notre niveau, ce certificat c’est surtout pour prouver aux parents que nos athlètes n’ont rien à se reprocher et sont des exemples pour des jeunes enfants qui veulent se lancer dans le sport. Notre ministère a aussi une responsabilité vis-à-vis des parents », a déclaré Stéphan Toussaint .à Inside News.

Pour rappel, Stéphan Buckland avait posté un statut sur son compte Facebook disant ne pas être d’accord avec cette mesure. Il juge injuste une telle décision, surtout après avoir fait ses preuves en tant qu’athlète de haut niveau. De nombreux internautes ont réagi suite à cette publication.

A cet effet, le ministre dit ne pas comprendre la réaction de Buckland. Selon lui, l’athlète ne l’a pas approché de manière officielle pour en discuter et qu’il ait décidé de réagir sur Facebook. De ce fait, le ministre s’est dit d’avis que « c’est une initiative personnelle de Stéphan Buckland. »

« Bizin ousi realize ki zis dan moris ki donn allocation bann anciens athlètes. »

Ceci dit, le ministère campera sur sa position et que la décision de réclamer des certificats de moralité aux bénéficiaires ne sera aucunement revue que ce soit au niveau de son ministère ou de celui du gouvernement.

Le MJS campera sur sa position sur le cas Buckland