Actu de l'ile Maurice
Actualités

2e partie Revue politique : le MMM face à une série de démission

2e partie Revue politique : le MMM face à une série de démission
Steven Obeegadoo, un de principaux dirigeants de la Plateforme pour un Nouveau MMM

Les autres événements politiques qui ont marqué l’actualité politique, cette semaine, c’est la série de démissions qui continue à ronger le MMM ; l’analyse critique de Steven Obeegadoo par rapport à la crise au MMM, la nouvelle stratégie de Paul Bérenger pour  freiner l’hémorragie. En contraste, il y a de nouveaux adhérents au MSM. Du côté du PMSD, on réclame la démission du chef commissaire de Rodrigues, vue que son parti l’OPR est cité dans le rapport de la commission sur la drogue.

 «Le MMM cumule défaite après défaite. En 18 ans, le MMM  subi neuf défaites. Au MMM, chaque défaite annonce la prochaine défaite» : propos de Steven Obeegadoo, un de principaux dirigeants de la Plateforme pour un Nouveau MMM dans une interview accordée à Inside News. Selon lui, au MMM actuellement, c’est la débâcle.

Ainsi, Steven Obeegadoo concède que la serie de démissions au sein de plusieurs comités regionaux du MMM, dont 19 au No 1, plus d’une centaine au No 17 et environ 200 au No 4, résulte d’un effet de domino, provoqué par une multitude de défaites électorales.

L’ancien ministre de l’Education et président de la commission Education au MMM explique les circonstances qui l’a amené avec un groupe d’amis du MMM, dont Pradeep Jeeha, Françoise Labelle et Vinay Sobrun à mettre en place la Plateforme pour un Nouveau MMM.

 «Ce n’est qu’un show»

Le régional no 17 du MMM en faveur de la plateforme " Pou enn nouvo MMM"
Steeven Obeegadoo au collège Renaissance entouré par les membres du régional no.17

  «Le MMM était un engagement à vie pour moi», a-t-il dit.

Aussi, il explique les circonstances de son évincement du MMM. «Aujourd’hui, je ne suis ni un membre du Bureau Politique, ni un membre du Comité Central. Bon gré, malgré, je me retrouve exclu du MMM», dit-il.

A la fin de la semaine dernière, un quotidien titrait : «Comment Obeegadoo et sa bande déstabilisent le MMM» L’objectif fixé est de  rallier toutes les branches des 20 circonscriptions sous la tutelle de la Plateforme pour un Nouveau MMM.

Aux dires de Pradeep Jeeha, il ne subsiste que cinq circonscriptions à conquérir pour la plateforme pour un Nouveau MMM. Il est souligné que cette semaine, la Plateforme pour un Nouveau MMM devait se rendre dans dans la circonscription No 5 (Pamplemousses/Triolet ).

« Nous nous sommes déjà rendus dans 15 circonscriptions et il nous reste que cinq à conquérir»,  a déclaré Pradeep Jeeha.

C’est à quoi, le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan de répliquer : «Ce n’est qu’un show.  Ils ne m’impressionnent pas ni n’impressionnent le MMM. Ces gens avaient déjà démissionné. C’est du réchauffé.» Il a soutenu que le MMM se tourne vers l’avenir, d’autant plus que le parti célébre son 50e anniversaire en 2019.

Ne pas rester les bras croisés

«Il faut rappeler que ceux qui ont quitté le MMM à cause de Pradeep Jeeha et Steven Obeegadoo font leur retour au parti. La question qu’il faut poser : pourquoi Steven Obeegadoo n’a-t-il pas été élu en 2005 et 2014 et pourquoi Pradeep Jeeha n’a pas été élu en 2005, 2010 et 2014 aux élections générales ? », s’est demandé Rajesh Bhagwan.

Face à cette situation, la direction du MMM ne semble pas rester les bras croisés. De ce fait, lors de la réunion du Bureau Politique du MMM, lundi 13 août , le leader Paul Bérenger, de concert avec les autres membres, a pris des mesures palliatives en vue de prévenir l’hémorragie chez les Mauves. La direction du MMM a passé en revue le départ du trio Steven Obeegadoo-Pradeep Jeeha-Françoise Labelle pour ne citer que ceux-là.

Ainsi, le BP envisage de tout mettre en oeuvre pour éviter une cascade de démissions de militants dans d’autres comités régionaux à travers le pays.

«Dans la conjoncture actuelle, on peut s’attendre à deux ou trois démissions au sein de certains comités régionaux du parti à travers le pays, dont des éléments proches du triumvirat Obeegadoo-Jeeha-Labelle. Mais, nous n’allons pas rester les bras croisés. Nous allons riposter», affirme-t-on au sein du BP Mauve.

Stratégie d’action

Le MMM, toujours plus fort que jamais?
Bérenger pense encore que le « MMM est toujours plus fort que jamais ».

Le BP du MMM a mis au point une stratégie d’action en vue de contrer le mouvement du triumvirat Obeegadoo-Jeeha-Labelle sur le terrain à travers la Plateforme pour un Nouveau MMM. Le BP a  pris la décision de descendre sur le terrain au niveau de certaines circonscriptions pour «répliquer et réfuter» les arguments avancés par la Plateforme pour un Nouveau MMM.

Le 29 août, quelques membres du BP seront au No 4 pour voir la situation et remettre les pendules à l’heure.

En contraste au MMM qui est miné par de démissions, au MSM, il y a de nouveaux adhérents. Il est souligné que les Oranges procèdent actuellement à des campagne de séduction pour attirer des nouveaux membres dans leurs rangs.

La machinerie politique est en marche. Il est souligné que «le Parti Travailliste et le MSM s’affrontent, chacun à sa façon pour mieux se positionner sur l’échiquier politique. Si le leader des Rouges, Navin Ramgoolam enchaîne avec une série de congrès à travers certaines circonscriptions, les Oranges procèdent à des campagnes de séduction pour attirer de nouveaux membres dans leurs rangs».

Et pour l’état-major du MSM, l’on fait savoir que la situation critique qui prévaut au sein du MMM est une aubaine pour faire de « bonnes affaires ».

Du côté du PMSD, la démission de Serge Clair réclamée. « Nous réclamons la démission de Serge Clair» : Propos de Kushal Lobine, porte-parole du PMSD, lors d’une conférence de press, le samedi 11 août.

 Kushal Lobine a fait état des critiques à son encontre dans le rapport Lam Shang Leen. Citant le chapitre 16 de ce document, Kushal Lobine a déclaré que Serge Clair et l’OPR seraient « à l’origine de certains transferts des limiers de l’Adsu de Rodrigues ». « Le Minority Leader Von Mally a soulevé la question », a-t-il dit. 

  2e partie Revue politique : le MMM face à une série de démission