Actu de l'ile Maurice
Actualités

Faut-il revoir le fonctionnement du MCIB ?

Faut-il revoir le fonctionnement du MCIB ?
La MCIB a été créée en 2004 et est régie par la Banque de Maurice.

Ils sont nombreux ceux qui voient leurs demandes de prêt bancaire rejetées, alors que d’autres se voient accorder certains ‘priviléges’. C’est ce qu’a fait ressortir le leader des Rouges, lors du meeting à Triolet, dimanche. Navin Ramgoolam ne trouve pas normal que certaines personnes sont privilégiées au détriment d’autres. Dans ce contexte, Inside News s’intéresse au fonctionnement du Mauritius Credit Information Board (MCIB).

Cet organisme est un référentiel d’informations de crédit, à la fois positif et négatif, pour tous les bénéficiaires de facilités de crédits et toute autre information pouvant être collectée auprès de sociétés de services publics ou toute autre source. Cette institution créée, en 2004, est régie par la Banque de Maurice. Elle est entrée en vigueur le 1er décembre 2005.

Cangayen Pillay, travailleur social.

Cangayen Pillay, travailleur social, est d’avis que la situation est grave. Il avance avoir à maintes reprises demandé que cette institution soit retirée du système bancaire. « A travers le MCIB, beaucoup de personnes sont pénalisées. Ce n’est pas possible ! », souligne-t-il. D’ailleurs, fait-il ressortir, « plusieurs fois dans le passé, j’ai alerté les autorités concernées, en l’occurrence le Premier ministre, d’alors, mais rien n’a été fait. Et aujourd’hui, on constate que la situation s’est aggravée ».

Il est temps, selon Cangayen Pillay « d’enlever carrément cette institution ». Le travailleur social estime qu’il y a discrimination dans la façon de faire du MCIB et déplore, le système mafieux qui y prévaut. Le travailleur social souligne qu’il faut que

« banes ti dimuns kapav fer developpma zot aussi. Pa nek banes dimuns ki ena casse ! »

Pour sa part, Shaffick Hamuth de Mauriconsult, soutient que le problème entourant le MCIB ne date pas d’hier. « En 2005, comme le Business facilitator à la Board Of Investment, j’avais alerté Navin Ramgoolam et son ministre des Finances d’alors, Rama Sithanen. Mais ils n’ont rien fait. Zamais zot finn fer kitsoz pou ti dimuns ! », rétorque-t-il.

Dans ce sillage, l’économiste dit qu’il ne faut pas copier le système préconisé dans les pays étrangers.

« Li pa possible ki blacklister enn entrepreneurs, alors ki ena enn ti irregulariter dan so banes transacsyons », martèle-t-il. Dans ce sens, il demande à ce qu’il y ait un système qui facilitera la vie de tous les Mauriciens.

Faut-il revoir le fonctionnement du MCIB?