Actu de l'ile Maurice
Regional

La drogue synthétique se propage dans les prisons de La Réunion

La drogue synthétique se propage dans les prisons de La Réunion
Il semble que l’introduction de la « chimique» dans les prisons se ferait par le biais des parloirs.

C’est la panique dans les prisons de la Réunion. La drogue synthétique circule dans les cellules et provoque des agressions entre les prisonniers. Les syndicats ne cachent pas leur inquiétude face à la situation et les gardiens de prison travaillent dans la peur depuis, car la drogue rend les détenus plus agressif et dangereux.

Il semble que l’introduction de la « chimique» dans les prisons se ferait à travers les parloirs et surtout par les proches des prisonniers lors des visites car ils ne sont pas fouillés. Il se trouve que la substance qui circule, est indétectable, ce qui permet la circulation de chimique dans la prison. La situation devient hors de contrôle pour les garde-chiourmes.

Les prisonniers souffrent d’effets secondaires de la drogue, notamment des crises d’angoisse, altération de la conscience, de problêmes respiratoire, des changements de comportement, des atteintes psychiatriques, d’excès de violence. Les syndicats expliquent que c’est la conséquence de l’arrêt des fouilles systématiques des prisonniers à la sortie des parloirs. Ce sont notamment les caïds de la prison qui font pression sur d’autres détenus, qui sont contraints de solliciter leurs proches pour introduire de la drogue synthétique lors de leur visite.

«La problématique, c’est que ne sont fouillés que les détenus dits “ciblés”. Et à côté de cela, les gens qui sont détenus pour des délits bénins ne sont pas fouillés… Ces personnes-là subissent alors la pression d’autres caïds de la prison pour qu’ils puissent introduire – par leurs intermédiaires – des produits interdits», explique Vincent Pardoux, secrétaire du syndicat FO Pénitentiaire.

La drogue synthétique se propage dans les prisons de La Réunion