Actu de l'ile Maurice
Actualités

Mohamed accule Ameenah Gurib-Fakim en Cour suprême

Mohamed accule Ameenah Gurib-Fakim en Cour Suprême
Yousouf Mohamed, à son entrée en Cour Suprême

Que de contradictions! C’est ainsi qu’on peut décrire l’audition de Yousouf Mohamed, l’ancien avocat d’Ameenah Gurib-Fakim, devant le Juge Asraf Caunhye, en Cour Suprême, ce jeudi 23 août.

La relation avocat-client n’existant plus, Me Yousouf Mohamed a pris la décision de tout dévoiler concernant la chronologie des évènements pour instituer une commission d’enquête sur l’affaire Sobrinho et celle du Platinum Card.

De ce fait, il devait relater au Juge Caunhye qu’il n’a jamais conseillé à l’ex-Présidente de la République d’initier une quelconque commission d’enquête. « I took it for granted that she was going to do the formalities, that is why I told my Junior Nadeem Hyderkhan for the terms of reference !», martèle le légiste.  Mohamed va plus loin, en affirmant son exaspération quand il a appris que la Présidente de la République d’alors avait initié la commission d’enquête « on her own».

Dès lors, soit le 16 mars 2018, l’avoué Gilbert lui a téléphoné pour dire qu’il y avait une « interpretation issue » au sujet de l’institution de la commission d’enquête, concernant la section 64 de la constitution. Me Yousouf Mohamed affirme avoir conseillé Ameenah Gurib-Fakim d’attendre. Mais « c’était déjà fait », souligne-t-il. Le mot « tactically… » est encore sorti de la bouche de l’avocat. En effet, selon sa version des faits, c’est Ameenah Gurib-Fakim qui l’aurait fait comprendre que « for tactically reasons I will maintain the commission of enquiry… »

« L’ex-présidente était déjà déterminée à aller de l’avant, en nommant Sir Hamid Moolan pour présider la commission d’enquête »,

précise-t-il. Et Sir Hamid Moolan avait, selon lui déjà « débuté les procédures… »

L’homme de loi devait conclure en affirmant que « she (Ameenah Gurib-Fakim) is not that innocent… »

Mohamed accule Ameenah Gurib-Fakim en Cour Suprême