Actu de l'ile Maurice
Monde

A 74 ans, elle a fixé la date de sa mort pour janvier 2020

A 74 ans, elle a fixé la date de sa mort pour janvier 2020
En mai dernier, le scientifique australien David Goodall, âgé de 104 ans, est parti mettre fin à sa vie en Suisse.

Le monde peut être surprenant des fois. Choisir la date qu’on veut mourir ou le pays dans lequel on va mourir. Cela commence à devenir courant en Europe. Après un scientifique australien, c’est une veille de 74 ans qui a fixé la date de sa mort. Ce sera en 2019 grâce au suicide assisté.

En mai dernier, le scientifique australien David Goodall, âgé de 104 ans, est parti mettre fin à sa vie en Suisse.  Jacqueline Jencquel aura recours à la même pratique. Encore en pleine forme, elle a décidé qu’elle va quitter le monde dans deux ans. Pourquoi? La vieille ne veut pas perdre de son indépendance. Elle craint de tomber malade. Jacqueline Jencquel dénonce avec force la situation des personnes en fin de vie, qui sont hébergées en maisons de retraite ou en Ehpad.

“La perte d’autonomie, c’est la fin de la vie”,a-t-elle déclaré à la presse.

Mère de trois garçons, la septuagénaire assure avoir longuement discuté avec eux de sa décision, ne veut pas devenir un fardeau pour sa famille.

Faut souligner que Jacqueline Jencquel se bat depuis une dizaine d’années en faveur de l’autorisation du suicide assisté en France. Cette pratique est permise en Suisse mais elle commence à poser question.

 

 

A 74 ans, elle a fixé la date de sa mort pour janvier 2020