Actu de l'ile Maurice
Société

Anil, 62 ans, cherche désespérément une maison de retraite

Anil 62 ans cherche désespérément une maison de retraite
Le vieil homme n’a qu’un seul vœu : trouver une maison de retraite pour qu’il puisse vivre décemment.

C’est à Grande-Rivière-Nord-Ouest dans une modeste demeure que nous rencontrons Anil Kumar Toofany, 62 ans. Le vieil homme n’a qu’un seul vœu : trouver une maison de retraite pour qu’il puisse vivre décemment.

Anil vit dans des conditions aléatoires. « Bonzur, vini vini, rantre », nous dit-il timidement en nous apercevant.

L’air est irrespirable. Une odeur nauséabonde envahit la bicoque qui peut s’effondrer à tout moment. Une fois à l’intérieur, nous voyons le bonhomme allongé dans son lit, sur un matelas en piteux état.

Anil Toofany ne sait plus à quel saint se vouer. Il arrive difficilement à s’exprimer. Sa santé ne fait que se détériorer. En conséquence du diabète, il a même dû se faire amputer d’un orteil. « Mo bizin fer pansman tou le zur », confie-t-il. Le comble est que sa modeste demeure est dépourvue de toilettes. Le vieil homme utilise un sceau pour faire ses besoins et les dispose dans un coin de la cour.

C’est d’un air triste qu’il nous dit qu’il est devenu un fardeau pour ses deux enfants, son fils de 28 ans et sa fille de 24 ans. Cette dernière est déjà mariée et vit chez son mari. Il laisse entendre que quelquefois il doit attendre des heures avant d’avoir son repas. Il y a certes quelqu’un qui l’aide à prendre son bain, mais pour lui c’est un combat perpétuel. « Komie tan dimunn pu okip mwa ? »

D’un ton implorant qu’Anil Toofany nous affirme qu’il veut désormais vivre dans une maison de retraite, là, où il ne sera plus un embarras pour personne.

Anil, 62 ans, cherche désespérément une maison de retraite