Actu de l'ile Maurice
Politique

Ameenah Gurib-Fakim…glamour, gloire et déboires

Ameenah Gurib-Fakim…glamour, gloire et déboires
A chacune de ses auditions ou de sa présence à la commission d’enquête, l’ex-présidente porte de nouveaux habits

L’ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib Fakim n’en démord pas et ne compte pas non plus lâcher-prise. Elle reste de marbre. Elle est comme le roseau qui se plit, qui ne rompt pas.

Enchevêtrée et mêlée dans l’Affaire Alvaro Sobrinho avec en toile de fond l’affaire de Platinum Barclaycard et le Planet Earth Institute (PEI), celle qui s’est vue contraindre à démissionner de son poste, le 23 mars dernier, lutte contre vents et marées pour laver son honneur. Cela face à une commission d’enquête, instituée en vue d’établir si elle a enfreint la clause 64 de la Constitution et parallèlement à une enquête de l’ICAC sur le richissime  homme d’affaires angolais, Alvaro Sobrinho. En dépit de tous ses déboires, elle reste ferme.

Exception faite à une ou deux fois au cours des auditions de la commission d’enquête Caunhye, Ameenah Gurib-Fakim s’est montrée grave et sérieuse. «Oui, j’écrirai au Bar Council», a-t-elle lancé laconiquement à la presse qui l’interrogeait par rapport aux commentaires de Me Yousuf Mohamed, son ancien homme de loi, publiés dans la presse. C’était mardi 28 août à sa sortie de la salle d’audience.

A chaque fois qu’elle se présente aux auditions de la commission Caunhye, une foule de photographes et de vidéographes se bouscule et fonce sur celle qui a été l’ancienne présidente de la République dans le but d’obtenir de meilleures images d’elle.

Excès de zèle

Très souvent certains de ses gardes du corps font preuve d’excès de zèle en repoussant photographes, vidéographes et journalistes pour rendre l’accès libre à Ameenah Gurib-Fakim.

Ainsi, jeudi 30 août, Ameenah Gurib-Fakim s’est irritée à l’égard de deux cameramen. «Pann assez filme ?»,  s’est-elle demandée. Elle paraissait agacée par la présence des cameramen dans l’enceinte de la Cour suprême, alors qu’elle se dirigeait en direction de la salle d’audience, où se déroulent les travaux de la Commission d’enquête..

En revanche, il faut dire qu’à travers ses beaux vêtements aux couleurs assorties, ses belles parures, ses bijoux…, Ameenah Gurib-Fakim ne laisse rien transparaître. Animée d’un regard de feu, elle affiche toujours un large sourire et arbore, à l’accoutumée, une belle chevelure noire …qui détrompe et qui cache tous ses soucis.

A chacune de ses auditions ou de sa présence à la commission d’enquête, l’ex-présidente porte de nouveaux habits. Son maquillage est impeccable…En sus des colliers, elle a les doigts ornés de bijoux. Shiv Jewels…?

Il est un fait qu’Ameenah Gurib Fakim a connu des moments de gloire avant de chuter. Depuis l’éclatement de l’affaire Sobrinho et l’affaire de Platinum Card, elle vit peut-être les pires moments de sa vie.

Révélations

Botaniste de formation, scientifique, ancienne chargée de cours à l’Université de Maurice, devenue présidente de la République, elle a confié lors de sa 2e audition, le 21 août qu’au plus fort de la crise institutionnelle, en mars dernier, elle n’arrivait plus à lire des journaux. «Je ne pouvais plus le faire. Ainsi, il incombait à mon époux de les lire et de m’en faire une revue par la suite», a-t-elle confié.

A mesure que se  poursuivent les auditions, des révélations, les unes plus surprenantes que les autres sont faites sur Ameenah Gurib-Fakim. L’acting Accountant General, Sunildutt Ramdin a affirmé qu’un compte bancaire a été créé par l’ex-présidente au nom du PEI avec un montant de Rs 2,2 millions.

Lors de son audition, dans l’après-midi du 30 septembre, l’Acting Accountant General, Soonildutt Ramdin a révélé que c’est le bureau de la présidence de la République qui a donné des directives pour l’ouverture d’un compte bancaire au nom du Planet Earth Institute (PEI). De ce fait, il a confirmé qu’une somme initiale de Rs 2,2 millions était créditée sur ce compte du PEI, créé le 19 septembre 2016 et géré par le bureau de l’Accountant General. Il  a souligné que ce montant à été transféré le 30 septembre 2016. Et le juge  Asraf Caunhye de préciser que ce transfert bancaire du PEI a été effectué à un compte à la State Bank of Mauritius (SBM). En revanche, l’Accountant General par intérima a précisé que ce compte a été désactivé en mars.  Soonildutt Ramdin a expliqué en détail toutes les transactions bancaires, dont les dépenses encourues : per diem, allocations de voyage, billets d’avion, entre autres, qui ont été effectués à travers ce compte.

Dans cette optique, M. Ramdin a énuméré plusieurs transactions bancaires :  per diem et allocations de voyage, billets d’avions, payés à Ameenah Gurib-Fakim et à D.K. Appadu, son proche collaborateur, entre autres.

De son côté, Alvaro Sobrinho qui était à l’ICAC au Triangle d’Ebène, cette semaine, a insisté : «La Platinum Card de Planet Earth Institute (PEI) remise à Ameenah Gurib Fakim était destinée uniquement aux dépenses de l’organisation et non  pour des dépenses personnelles.»

Par conséquent, on fait remarquer que, désormais, l’étau semble se resserrer autour d’Ameenah Gurib-Fakim et Dass Appadu. Ces deux personnes seraient susceptibles d’être entendues « Under Warning », à brève échéance.

Ameenah Gurib-Fakim…glamour, gloire et déboires