Actu de l'ile Maurice
Actualités

Me Philips Sands : «Le processus de décolonisation doit être mené immédiatement»

Me Philips Sands : «Le processus de décolonisation doit être mené immédiatement»
Me Philips Sands défendant la cause chagossienne, à la CIJ, ce matin.

Dans sa plaidoirie devant la Haute Cour Internationale de la Haye, Me Philips Sands, QC, un des principaux conseillers légaux de la partie mauricienne sur le dossier Chagos, a soutenu : «Le processus de décolonisation doit être mené immédiatement» par rapport à l’Archipel des Chagos qui fait partie intégrante du territoire de Maurice.

Dans cette optique, il a insisté pour établir un calendrier précis en vue de permettre à la République de Maurice de délimiter sa Zone Economique Exclusive (ZEE).

Dans son argumentation, Me Philips Sands a fait remarquer que l’Archipel des Chagos constitue un des vestiges de la colonisation du Royaume Uni (RU) en Afrique. «L’avis de la Cour doit traiter toutes les conséquences. Il faut mettre fin à cette situation de colonisation des Chagos», a-t-il maintenu.

Au début de sa plaidoirie, Me Sands a souligné :

«Aucun pays ne souhaite être une colonie. La situation de Maurice ne nous laisse pas indifférent».

Il a déploré que le Royaume Uni a adopté une voie qui a acheminé le pays vers la colonisation.  A cet effet, il a fait remarquer que le «Royaune Uni ne souhaite pas être une colonie. Mais, il a toujours défendu son statut de colonisateur.» A la différence, a-t-il indiqué, Maurice a vu l’expulsion de force d’une partie de son peuple.

Me Paul Reichler qui fait partie du panel des hommes de loi de Maurice est aussi intervenu, à la CIJ, ce lundi matin pour défendre la cause chagossienne.

Me Philips Sands a présenté de représentants de la communauté chagossienne, Liseby Elysée, Olivier Bancoult, Louise Rosemonde Samynaden ( originaire de l’île Salomon). L’émotion était forte au Palais de la Paix, lors du témoigagne donné par Liseby Elysée.

Poursuivant sa plaidoirie, Me Philips Sands, a soutenu que 98% des Chagossiens consultés ont exprimé le vœu de retourner chez eux aux Chagos. Il est d’avis qu’il faudra présenter des excuses aux Chagossiens.

Il a avancé l’argumentation que le gouvernement mauricien est d’avis que la Cour Internationale de Justice «doit donner un avis de ce qu’il a demandé.»

D’autres avocats, faisant partie du panel des hommes de loi de Maurice se sonté galement adressés à la cour, dont Paul Reicheler.

 

Me Philips Sands : «Le processus de décolonisation doit être mené immédiatement»