Actu de l'ile Maurice
Politique

«Nous voulons voir comment les 12 élus à la proportionnelle seront désignés»

«Nous voulons voir comment les 12 élus à la proportionnelle seront désignés»
Dans le cadre de la décision du Cabinet d’examiner les recommandations du comité ministériel sur la réforme électorale, le leader des Mauves a exprimé son scepticisme.

Au cours de ces derniers mois, le leader du MMM, Paul Bérenger n’a jamais raté une occasion pour commenter le projet de réforme électorale par le gouvernement pour Maurice. Dans le cadre de la décision du Cabinet d’examiner les recommandations du comité ministériel sur la réforme électorale, le leader des Mauves a exprimé son scepticisme.

«Je me base sur ce qui s’est passé entre 2000 et 2005 pour étayer mes dires. Au cours de cette, nous avions réalisé plein de bonnes choses. Mais, une chose qui m’a déchue, c’est la réforme électorale. On nous a mis les bâtons dans les roues», a déploré Paul Bérenger lors de sa conférence de presse, samedi 1er septembre. S’agissant les recommandations du comité ministériel sur la réforme électorale qui ont été examinées par le Conseil des ministres, il a dit qu’il est explicite que seule une certaine presse en a obtenu des informations fiables d’un proche du pouvoir.

De ce fait, Paul Bérenger a fait état de 63 élus des 21 circonscriptions, dont trois de Rodrigues + 12 à la proportionnelle. «Nous voulons voir comment les 12 élus à la proportionnelle seront désignés», a soutenu Paul Bérenger. «Y aura-t-il une liste qui nous sera soumise avant les prochaines élections ?», s’est-il demandé.

Remplacer le système de Best Losers

Ce qui n’est pas clair, a souligné Paul Bérenger, ce sont les sept sièges qui viendront remplacer le système de Best Losers. «Comment les sept membres seront désignés ?», s’est-il demandé avant d’ajouter «Nous l’ignorons toujours. C’est encore flou !»

A son avis, il y aurait une tendance d’accepter un seuil de 10% pour établir les meilleurs perdants parmi les petits partis. «Zot ti pe ale lor 12,5%. Aster zot ape revinn lor 10%», a fait remarquer Paul Bérenger.

Dans cette optique, le leader du MMM a soutenu : «Compte tenu du ruling des Nations Unies, le Best Loser System est déjà morts

Par ailleurs, le leader des Mauves s’est prononcé contre tout projet de recensement ethnique à Maurice, car il est d’avis que cela équivaudrait à l’ouverture d’une boite de pandore. Pour étayer son argumentation, Paul Bérenger a fait une rétrospective historique, notamment les élections de 1959 et de 1967, ainsi que les commissions Stone House, Banwell. «Il est impérieux de connaître l’histoire et le système électoral à la mauricienne», a-t-il dit.

Dans ce contexte, Paul Bérenger s’est référé à un forum-débat, datant du 8 décembre 2007, auquel il avait participé. Rappelant qu’un quotidien en avait fait mention dans son édition du 10 décembre 2007.

Historique des  recensements de la population

«L’article de presse en question contient beaucoup d’informations sur les recensements de la population, dont le 1er en date du 1846, à la lumière de mes recherches», a affirmé le leader du MMM. Arguant que le recensement de 1972 serait «dépassé», le leader des Mauves a renchérit : «En tant que Mauriciens, nous connaissons mieux Maurice que des experts étrangers.»

Il a accentué sur le mini amendement de 2014, préconisant la non déclaration de la communauté d’une personne. Il a rappelé la commission électorale en 1968 qui avait classifié la population en trois catégories : hindou,musulman et population générale, avait divisé le pays en 40 circonscriptions en 1948.

En 1948, a-t-il indiqué, la population était repartie comme suit : 52 000 (population générale) ; 49 000 ( ex-apprentices venus de Madagascar et Mozambique) et 56 000 (hindous et musulmans) «C’était le 1er recensement, voire la 1ère classification de notre population», a-t-il souligné.

Il a souligné qu’en 1902, Londres avait demandé de classifier la population en quatre groupes : (i) European White mixed & coloured ; (ii) African ;(iii) Indian and Muslims et (iv) Chinese. Il a fait était d’un autre recensement en 1962, cela après les élections de 1957.

«Par la suite, le Ptr et le CAM ont décidé de briser ce système pour en établir un nouveau comme suit : General population, White and Coloured population. Ce qui avait provoqué un débat au Parlement. Plusieurs parlementaires avaient intervenus :  sir Seewoosagur Ramgoolam, Gaëtan Duval, sir Razack Mohamed, entre autres»,  s’est-il souvenu.

 

«Nous voulons voir comment les 12 élus à la proportionnelle seront désignés»