Actu de l'ile Maurice
Actualités

La Foreign Worker’s Card suscite des interrogations

La Foreign Worker’s Card suscite plusieurs interrogations de certains
La Foreign Worker’s Card sera bientôt obligatoire pour les travailleurs étrangers.

Soodesh Callichurn, ministre du Travail a annoncé la mise en place de la Foreign Worker’s Card. Le syndicaliste Faizal Ally Beegun accueille favorablement toute décision en faveur des travailleurs étrangers. Cependant, il se pose plusieurs questions sur la Foreign Worker’s Card.

« Qui financera cela ? » se demande-t-il. Il s’interroge également sur celui qui bénéficiera du contrat pour faire ces cartes d’identité. Il précise qu’il y un peu plus de 60 000 travailleurs étrangers à Maurice, venant du Bangladesh, du Sri Lanka, de Madagascar, de Nepal, de Chine, entre autres. Faizal Ally Beegun fait ressortir que le ministre n’a pas expliqué si la carte sera octroyée uniquement aux Bangladais ou aussi aux autres travailleurs étrangers.

Faizal Ally Beegun se demande qui financera la Foreign Worker's Card

« Si fer sa zis pu Bangladesh, li pu enn diskriminasyon enver lezot », fait-il savoir.

Le syndicaliste craint également que la carte ne soit utilisée pour surveiller le mouvement de ces travailleurs.

Il commente également sur les agents recruteurs qui sont un « vrai problème ». Il explique que les étudiants sont abandonnés par ces agents « kinn koz zot buku menti ». Il demande à ce qu’il y ait une enquête sur ces agents recruteurs, car, il est temps d’entreprendre des actions. « In tolere pandan 25 an avek tou guverneman kinn vinn o pouvwar ».

En effet, Soodesh Callichurn a annoncé la mise en place d’une Foreign Worker’s Card qui comprendra toutes les données du travailleur étranger, soit son lieu d’hébergement, le lieur où il travaille, entre autres. « Si une personne travaille à un endroit où il n’est pas supposé, nous pourrons vérifier et prendre des sanctions si cela s’avère nécessaire ».

Nous avons aussi parlé à deux anciens ministres du Travail. Le Dr Vasant Bunwaree affirme qu’il préfère s’abstenir de tout commentaire car il ne sait pas à quoi servira la carte et quelles en seront les avantages.  Il explique toutefois que les travailleurs étrangeurs ont déjà des fiches comprenant tous ces détails.

Sangeet Fowdar, ancien ministre de l’Emploi et de la Formation, soutient, pour sa part, que la Foreign Worker’s Card est une bonne chose. Il explique qu’à travers cette carte, les responsables pourront identifier chaque personne qui arrive à Maurice pour travailler. « Mo truv sa interesan ».

Sangeet Fowdar soutient que la Foreign Worker’s Card est une bonne chose.

D’autre part, de nouvelles lois seront appliquées ce qui concerne des étudiants étrangers. Soodesh Callichurn a expliqué que souvent des agents recruteurs mettent le cap pour le Nepal ou le Bangladesh. Une fois au pays, ils essayent de convaincre des jeunes de venir étudier à Maurice et leurs déclarent qu’ils auront également la possibilité de trouver un emploi au pays.

Soodesh Callichurn, ministre du Travail

« Zot pa mem konn koz angle, me zot in vinn moris pu aprann informatik ». Selon le ministre, ces jeunes se font berner par ces agents. Désormais, seulement les étudiants qui viennent pour obtenir une licence ou une maîtrise auront droit à travailler à temps partiel, soit durant 20 heures par semaine.

Le ministre du Travail a également commenté la situation en ce qu’il s’agit des dortoirs des travailleurs étrangers. Il explique qu’il y a des règlements à respecter avant l’octroi de dortoirs. Il a aussi indiqué qu’il y a des inspections qui se font régulièrement par des officiers et que tous les dortoirs qui sont opérationnels répondent aux critères établis.

« Ler enn dimunn vinn moris, si ounn donn li enn zafer nef, si dimunn la pa konn servi li apre sertin tan afors li pa konn servi li, zafer la kase ou vinn vie », a-t-il précisé. Le ministre a soutenu que chaque personne doit assumer ses responsabilités. Le ministère du Travail s’assure à ce que les travailleurs étrangers vivent dans des conditions correctes.

Faizal Ally Beegun n’est pas sur la même longueur d’ondes. Il concède qu’il y a probablement des formations à faire avec ces travailleurs. Cependant, il se demande où se situe la responsabilité des compagnies. « Kot zot responsabilite pou sirveye ki dortwar ress prop ? »

Le syndicaliste explique aussi que ces travailleurs sont déjà au boulot à 7h30 et y restent jusqu’à 21h et même 23 heures. « Il est difficile pour eux de nettoyer leurs dortoirs. Il y a certains qui travaillent même 7 sur 7 ».  

Selon lui, il est temps pour que les compagnies embauchant des travailleurs étrangers, d’employer des cleaners pour garder les dortoirs en bon état.

La Foreign Worker’s Card suscite des interrogations de certains