Actu de l'ile Maurice
Politique

Jocelyn Chan Low : « Il faut s’attendre à faire des sacrifices en politique »

Jocelyn Chan Low : « il faut s’attendre à faire des sacrifices en politique »
Jocelyn Chan Low pense qu’il y a une guerre de places au sein du MMM.

Danielle Selvon avait démissionné de toutes les instances du MSM en novembre 2015. La raison évoquée : le Good Governance and Integrity Reporting Bill présenté par l’ancien ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain. Danielle Selvon s’est ensuite rapprochée du MMM. Elle a rejoint les rangs du parti le 16 septembre 2017. Toutefois, l’histoire d’amour a été d’une courte durée. Le lundi 9 septembre, elle a quitté le MMM.

« Lorsqu’on suit les idéologies d’un parti politique, il faut s’attendre à faire des sacrifices », nous explique l’historien et observateur politique Jocelyn Chan Low. Il souligne que « Tro souvan dimunn vinn dan enn parti ek zot oule sesi ek sela »,

Selon lui, si quelqu’un intègre un parti, il faut qu’il se mettre à la disposition du parti. « Il y a des réalités personnelles qu’il faut prendre en considération », précise-t-il. Ce dernier rappel le cas de Motee Ramdass lors des élections de 1995. A la veille du Nomination Day, il avait dû bouger de la circonscription No 11 (Vieux Grand-Port/Rose-Belle) pour venir au No17 (Curepipe/Midlands). « Kan in kone ki Gaëtan Duval pe poz dan Kirpip, lerla in insiste pu met enn indou dan nimero 17 ». Il raconte que c’est à deux heures du matin que Motee Ramdass a su qu’il devait changer de circonscription. « Il a accepté de bouger même s’il savait qu’il ne serait pas élu, mais finalement les choses étaient en sa faveur ».  

L’observateur politique affirme que Motee Ramdass s’était « sacrifié » car il comprenait la réalité. Selon lui, c’est le genre de personne qu’on a besoin dans chaque parti politique.

Jocelyn Chan Low pense qu’il y a une guerre de places au sein du MMM. Il affirme que le parti est en train de préparer sa liste de candidats pour les prochaines législatives.

« C’est Arianne Navarre-Marie qui sera candidate dans la circonscription No1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest) ».

Danielle Selvon devra ainsi bouger ailleurs. Jocelyn Chan Low estime qu’il y a un « problème de fonctionnement ». Pour lui, on ne peut satisfaire tout le monde. Il ajoute également que quelqu’un ne peut intégrer un parti politique avec pour but d’avoir une candidature dans un endroit spécifique.

Jocelyn Chan Low commente aussi le comportement de Paul Bérenger. Il fait ressortir que le leader des Mauves exige une discipline stricte. « Il exige peut-être beaucoup de ces militants ». Il explique que le MMM est né dans de conditions difficiles et c’est pourquoi une discipline de fer était requise.

Selon lui, il n’y a que deux choix, soit un leader laxiste ou un leader fort.  « Swa ou ena enn parti strik ou swa enn bazar », nous lance-t-il.

L’historien estime qu’il n’y a pas de place pour des sentiments personnels dans la politique. Il est d’avis que si quelqu’un laisse le sentiment personnel prendre le dessus, il n’est pas fait pour être un homme d’état. « Azordi ena tro santiman personel ki domine », s’insurge-t-il.

D’autre part, Jocelyn Chan Low ne se prononce pas contre une loi anti-transfuge. Cependant, il se demande ce qui se passerait si un parti politique se trouve mêlé à des magouilles. « Doit-on condamner les députés de ce parti ? »

Jocelyn Chan Low : « il faut s’attendre à faire des sacrifices en politique »