Actu de l'ile Maurice
Actualités

Me J.G. S de Wet : «Le colonialisme est un vestige archaïque»

Me de Wet : «Le colonialisme est un vestige archaïque»
Me J.G. S de Wet représentante de la partie de l’Afrique du Sud, qui a déposé la première a argué que «le colonialisme est un vestige archaïque.»

Huit pays sont en train d’être auditionnés sur le dossier Chagos, le mardi 4 septembre. Les quatre premiers, l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Argentine, l’Australie l’ont été de midi à 14h45 et les quatre autres, notamment le Belize, le Bostwana, le Brésil et la République de Chypre, ont intervenu à partir de 17 h. A noter que chaque pays a 40 minutes pour intervenir sur ce dossier.

Cette démarche intervient après la plaidoirie de la partie mauricienne, sous la férule du ministre Mentor, sir Anerood Jugnauth, suivie de celles du panel d’avocats étrangers  de Maurice et des avocats britanniques, lundi 3 septembre.

Il faut dire que ces auditions devant la Cour internationale de Justice (CIJ) de la Haye
s’inscrivent dans le cadre de la demande de l’avis consultatif («Request for Advisory Opinion»), formulée par l’Assemblée générale des Nations unies sur les implications légales de l’excision de l’Archipel des Chagos du territoire mauricien en 1965.

Me J.G. S de Wet, représentante de la partie de l’Afrique du Sud, qui a déposé la première a argué que

«le colonialisme est un vestige archaïque. Ce système politique est révolu.»

«Ce vestige archaïque qui entâche les consciences de l’humanité, restera à l’ordre du jour de l’Assemblée Générale des Nations Unies et de l’Union Africaine», a-t-elle dit.

Au terme de sa plaidoirie, Me de Wet a soutenu : «Il est grand temps pour que Maurice puisse jouisse d’une liberté totale, grâce à son droit sur l’ensemble de son territoire»

Auparavant, la conseillère légale de l’Afrique du Sud a fait remarquer que la «Request for Advisory Opinion»  vise à réveiller les consciences en 2018, d’autant plus que «Maurice est toujours pris sous le joug du colonialisme.»  Elle  a avancé l’argumentation que la Cour doit avoir l’opportunité et faire valoir de sa compétence en vue de régler la question des Chagos en toute urgence. «La Cour se trouve à un tournant de son histoire en vue de permettre à la communauté internationale de prendre conscience de l’intégrité territoriale de Maurice», a maintenu Me de Wet.

 

M J.G.S de Wet : «Le colonialisme est un vestige archaïque»