Actu de l'ile Maurice
Actualités

Sir Hamid Moollan : «J’ai donné mon accord de principe…»

Sir Hamid Moollan : «J’ai donné mon accord de principe...»
Sir Hamid Moollan: «J’ai donné mon accord de principe à condition que toutes les procédures soient suivies»

Lors de son audition devant la commission Caunhye, ce jeudi 6 septembre, sir Hamid Moollan, QC, dont les services devaient être retenus par Ameenah Gurib-Fakim,  présidente de la République d’alors, pour présider une commission d’enquête, a révélé :

«J’ai donné mon accord de principe à condition que toutes les procédures soient suivies».

C’est accompagné de Me Yusuf Aboobakar que sir Hamid Moollan a fait son entrée à la salle d’audience.

Appelé à la barre sur le coup de 14h50, sir Hamid Moollan a confirmé que le 16 mars 2018, il avait une correspondance de l’ex-présidente, suivie d’un appel téléphonique de l’avoué Gilbert Noël, dans la matinée du même jour, pour aborder avec lui l’institution d’une commission d’enquête sur l’affaire Sobrinho. «Oui, c’est ok, mais il faut que toutes les conditions soient réunies», a confié sir Hamid Moollan. Il a déclaré qu’il s’est entretenu, par la suite, avec Ameenah Gurib-Fakim , alors présidente. Il a précisé que cet entretien portait seulement sur les civilités.

Répondant à une question du président de la commission, Asraf Caunhye, le Queen’s Counsel a dit ignorer si le Cabinet avait donné son approbation pour instituer une telle commission d’enquète. «Franchement, je l’ignorais. De ce fait, j’ai écrit une lettre au Premier ministre pour l’informer que j’allais présider ladite commission d’enquête. J’ai donné des instructions à ma secrétaire à Port-Louis de le faire», a souligné sir Hamid Moollan.

Poursuivant son audition, le Queen’s Counsel a confessé qu’à un moment de la journée,  soit peu avant la prière du vendredi, il avait reçu un appel téléphonique de Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, qui lui aurait laissé entendre «that he is of opinion that it was the Cabinet to set up the commission of enquiry»

Ainsi le juge Caunhye lui a demandé quand a-t-il appris que l’ex-présidente n’avait pas obtenu l’aval du Cabinet. «Je dois dire que ce même, j’ai reçu une correspondance du Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth, m’informant que cette commission d’enquête enfreint à la Constitution. Aussi, il a souligné qu’une telle instance est invalid, unlawful’ et n’a aucun effet», a soutenu sir Hamid Moollan.

Auparavant, au début de son audition, sir Hamid Moollan a tenu à préciser que c’est Me Gilbert Noël qui a pris contact avec lui pour lui demander s’il était intéressé à présider la commission d’enquête.

 

Sir Hamid Moollan : «J’ai donné mon accord de principe…»