Actu de l'ile Maurice
Politique

«Le terme ‘colon’ n’a rien à voir avec la couleur de l’épiderme» 

«Le terme ‘colon’ n'a rien à voir avec la couleur de l'épiderme» 

Dans une interview accordée à Inside News, la députée Danielle Selvon, démissionnaire du MMM a tenu à s’expliquer sur le terme «colon» qu’elle a utilisé dans sa lettre de démission, adressée à Paul Bérenger, cette semaine. «Le terme « colon » n’a rien à voir avec la couleur de l’épiderme», a-t-elle argué. En revanche, Danielle Selvon, députée de la circonscription No 1 (Port-Louis Ouest/GRNO), élue la première sous la bannière de Lalians Lepep aux élections générales de décembre 2014, s’est par la suite, jointe au MMM avant de claquer la porte à ce parti,  a souligné : «Il y a eu plusieurs atteintes à ma dignité de parlementaire élu et représentant du peuple, sous la Constitution et la Loi.» Par ailleurs, Danielle Selvon a souligné quelle entretien «de bonnes relations avec tous les partis au Parlement sans aucune exception, le MSM compris.»

  • Danielle Selvon votre démission du MMM peut se résumer comme suit : Chronique d’une démission annoncée, d’autant plus que c’est depuis juillet dernier que le bruit courait de votre éventuel départ de ce parti. Dites-nous dans les détails quelles sont les vraies raisons de votre démission de toutes les instances du MMM, votre parti d’adoption ?

– Il y a eu plusieurs atteintes à ma dignité de parlementaire élu et représentant du peuple, sous la Constitution et la Loi, la circonscription No. 1 à L’Assemblée Nationale.  La dernière tentative en date a été la décision par Ariane Navarre-Marie et Paul Bérenger de ne pas m’inviter à m’adresser à mes mandants au meeting du parti dans le No, 1 le vendredi 7 septembre.

 

  •  Dans divers milieux et surtout au MMM, nous apprenons que la véritable source du problème, au départ, est que vous aviez mal digéré le fait que vous n’occupiez aucun poste de responsabilité au sein du nouveau BP mauve. Quelle est la part de vérité dans tout cela, d’autant plus qu’il y a un faible taux de femmes qui se retrouvent dans l’équipe dirigeante MMM ?

–  Je n’ai jamais demandé ou même ambitionné un poste de responsabilité au BP mauve. Au contraire je suis intervenue pour empêcher que Bérenger de persister à refuser obstinément à Dave Kissoondoyal un poste au BP surtout que Dave était sorti en deuxième position après Bérenger à l’élection interne des dirigeants du parti. Il a reconnu avec courage dans la presse que ce fut grâce à moi qu’il obtint de Bérenger le poste d’assistant-trésorier. Quand Reza Uteem mentit à mon sujet dans un quotidien, disant que je n’avais pas réagi, lors des choix et me menaça de sanctions, J’ai menacé de démissionner et Bérenger est intervenu pour calmer les choses. Tout cela est la stricte vérité.

  •  En juillet dernier, au plus fort de la crise, vous aviez mis un post, exprimant votre colère, sur votre page facebook, cela à tel point que vous aviez fini par bouder une réunion BP du lundi 10 juillet, ainsi que celle du Comité Central par la suite. Aujourd’hui, vous avez fini par démissionner. Comme quoi, vous étiez toujours en guerre contre le MMM. Donnez- nous un peu plus d’éclairage sur votre motivation,
  •  Je viens d’ailleurs de vous expliquer un des premiers incidents. Oui mon poste sur facebook n’a pas été apprécié par certains au sein de la clique dirigeante du parti, car j’avais commenté comme suit, pourtant sans méchanceté, la vague de démissions et de départs massifs au MMM : « À en rire ou à en pleurer ? »

 

  • Dans votre lettre de démission, vous avez utilisé le terme « colons » à l’encontre de Paul Bérenger. Dans le cadre de la République de Maurice de 2018 pourquoi avez-vous servi un langage, considéré comme rétrograde, dépassé et qui a une forte connotation raciste et communautariste ?

 

-Je vous fais savoir que le terme « colon » n’a rien à voir avec la couleur de l’épiderme surtout qu’il y avait beaucoup de propriétaires noirs d’esclaves et ils étaient souvent pires que les blancs comme en témoigne le très grand écrivain, combattant anti-esclavagiste, scientifique et penseur Bernardin de St. Pierre dans son livre :  Voyage à l’Île de France, à l’île Bourbon et au cap de Bonne-Espérance (1773). Il témoigne qu’il a vu avec ses yeux, un maître noir frapper pour rien son esclave noir juste où lui, Bernardin, s’approchait de son habitation rien que pour montrer au visiteur blanc son autorité et son statut de noir libre. Même le grand leader créole, pourtant anti-esclavagiste, du 19esiècle J.B. Tabardin, mentionne dans ses souvenirs autobiographiques de corsaire créole, à la page 18, en parlant du roi d’Anjouan ceci : « Ce dernier nous promit que tout Malgache qui tomberait entre nos mains serait notre esclave » (« La vie ou les aventures de J.B. Tabardin dans ses voyages: imaginé et commencé le premier janvier 1805 dans la Raveline de Bombay »-  Editions Vizavi, 1993.

  • Quelle est votre prochain move politique Danielle Selvon ? Envisagez-vous d’adhérer à un parti politique ?

– C’est trop tôt pour parler de cela. Attendez 2019.

*  Sur la place publique, quel est le parti ou le groupement qui répond le mieux à vos aspirations ?

– Je rencontre divers politiciens de l’opposition.

*  A ce jour, il y a trois groupes de dissidents du MMM, le ML, le MP et la Plateforme pour un Nouveau MMM…Pour qui votre cœur balance le plus ?

– Pour l’instant je suis une députée indépendante et je continue à travailler pour ma circonscription, depuis mon élection. Je continue de faire faire des interpellations au Parlement pour améliorer le sort des habitants et exposer leurs problèmes au gouvernement en exigeant des solutions.

  • Envisagez-vous un éventuel retour au MSM ?
  • J’ai de bonnes relations avec tous les partis au Parlement sans aucune exception, le MSM compris.

«Le terme ‘colon’ n’a rien à voir avec la couleur de l’épiderme»