Actu de l'ile Maurice
Actualités

Yogida Sawmynaden : « Il faut une harmonisation de la loi pour sanctionner les cybercriminels »

Yogida Sawmynaden : « Il faut une harmonisation de la loi pour sanctionner les cybercriminels »
Maurice accueille la Southern African Development Community (SADC) Regional Cybersecurity Drill et Capacity Building Workshop sur la cybersécurité du 10 au 13 septembre.

Maurice accueille la Southern African Development Community (SADC) Regional Cybersecurity Drill et Capacity Building Workshop sur la cybersécurité du 10 au 13 septembre. L’ouverture de cet atelier de travail a eu lieu ce lundi 10 septembre en présence de plusieurs personnalités, dont Yogida Sawmynaden, ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation (TIC).

Le ministre des TIC affirme que cette session permettra à Maurice d’avoir une bonne coordination avec les pays de la SADC et de la COMESA. Selon lui, il faut avoir une bonne harmonisation de la loi entre tous les pays pour sanctionner les cybercriminels. « Il faut être conscient qu’un hacker peut s’en prendre à plusieurs pays en même temps peu importe où il se trouve », lance-t-il. Le ministre s’est appesanti sur l’importance de commencer à travailler sur des éventuelles cybercrimes.

Yogida Sawmynaden : « Il faut une harmonisation de la loi pour sanctionner les cybercriminels »
Yogida Sawmynaden, ministre des TIC

Il ajoute, par ailleurs, qu’un cyberdrill permettra à Maurice d’avoir plus de visibilité. « Nou pou monte en term ranking ek nou pou gayne en term kredibilite ». Il s’est dit d’avis que si le SADC a choisi notre pays « c’est parce-que nous sommes arrivés à un certain niveau ».

Joanne Esmyot, directrice du National Computer Board (NCB) souligne que cet atelier de travail demeure important car l’objectif est d’apporter plus de synergie entre les pays de la SADC.

Yogida Sawmynaden : « Il faut une harmonisation de la loi pour sanctionner les cybercriminels »
Joanne Esmyot, directrice du National Computer Board

Elle estime que la conférence « est l’occasion idéale pour les pays de vivre en temps réel comment ça se passe lorsqu’il y a des cyberattaques ».

« Ils pourront voir s’ils sont prêts à réagir en cas de cyberattaques », laisse-t-elle entendre.

Joanne Esmyot affirme aussi que des évaluations pourront être faites sur des mesures qui sont en place. « S’ils sont adéquates ou pas, quels sont les manquements et quelles seront les solutions ».

La directrice du NCB évoque également un aspect légal. Elle reste sur la même longueur dondes que le ministre. Selon elle, il faut apporter plus d’harmonie au niveau de la législation dans les pays de la SADC pour combattre la cybercriminalité.

Joanne Esmyot parle aussi de la performance de Maurice au sujet de la cybercriminalité. « On est classé 6e au niveau mondial en matière de cybersécurité », lance-t-elle. Elle est d’avis que c’est un gros accomplissement pour un petit pays tel que Maurice.

Pour rappel, l’objectif de cet événement est d’accroître la capacité et la sensibilisation sur la cybersécurité. Une cinquantaine de délégués de différents pays s’adresseront sur les thématiques de la cybersécurité, le développement des Computer Emergency Response Teams (CIRTs) dans les pays de la SADC et également sur la connaissance des cyberdrills. Cet atelier de travail cible des directeurs informatiques, des consultants en informatique, des Chief Information Security Officers, entre autres.

Yogida Sawmynaden : « Il faut une harmonisation de la loi pour sanctionner les cybercriminels »