Actu de l'ile Maurice
Politique

La Réforme électorale toujours au stade d’étude  

[1ère partie] Revue politique : réforme électorale, mythe ou réalité…
Le nouveau projet de réforme électorale propose un Parlement à 81 ou 82 élus.

Tous les partis politiques petits et grands, ainsi tous les observateurs ou encore les citoyens avisés sont dans l’attente des recommandations du fameux rapport sur la réforme électorale. Beaucoup de spéculations fusent de toutes parts. Cependant, dans l’entourage du ministre Mentor, président du comité interministériel sur la Réforme électorale, l’on fait comprendre qu’on est toujours au stade d’études. « Les ministres étudient les recommandations faites par sir Anerood Jugnauth sur le rapport, depuis la tenue du Conseil des ministres, vendredi 31 août, avant d’émettre leurs opinions ».

« Il faut qu’il ait un consensus avant tout au sein du gouvernement », fait-on ressortir. L’on fait aussi comprendre qu’un projet de loi sur la refonte du système électoral est complexe, d’où la nécessité de ne pas précipiter les choses, soutient une autre source officieuse du Bureau du Premier ministre. La raison? « Cette réforme risque de changer à jamais le décor du monde politique à Maurice. On ne peut brûler les étapes! », avance notre interlocuteur.

Une fois l’unanimité autour des recommandations, l’autre étape, précise-t-on, sera de le présenter devant le State Law Office pour l’élaboration et la finalisation du draft bill.

L’on nous confie que c’est le Premier ministre, Pravind Jugnauth qui se chargera de la présentation du projet de loi sur la Réforme électorale au Parlement, à la rentrée, prévue le 16 octobre prochain. S’ensuivra par la suite, une série de débats parlementaire pour conclure par des votes concernant les amendements à être apportés  au système électoral. « On veut que tout le monde soit partie prenante de ce changement dans le monde politique», souligne-t-on.

Du côté de l’Electoral Commission (EC), nous apprenons que le rapport n’a pas jusqu’à présent pas été soumis.

Pour sa part, dans une déclaration à la presse, l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam a pris position sur l’éventuelle provision légale conférant des pouvoirs aux leaders politique de désigner les sept meilleurs perdants.

La Réforme Électorale toujours au stade d’étude