Actu de l'ile Maurice
Politique

«Réforme électorale: même si le MMM vote pour, on n’atteindra pas la majorité de ¾»

«Réforme électorale: même si le MMM vote pour, on n’atteindra pas la majorité de ¾»
Le leader du MMM, Paul Bérenger, encadré de son état-major, lors de sa conférence, ce 15 septembre.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, s’est montré sceptique par rapport à une éventuelle réforme électorale, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, ce samedi 15 septembre, à Hennessy Park Hotel, Ebène. Un sujet qui est sur toutes les lèvres des politiques, ces jours-ci, d’autant plus que le Cabinet ait pris note des recommandations du comité interministériel sur la réforme électorale.

«Même si le MMM vote pour avec la majorité gouvernementale, il est fort probable qu’on n’atteindra pas une majorité de ¾ avec 52 votes», a lancé sans ambages, Paul Bérenger. Dans la conjoncture actuelle, il a révélé : «Selon mes renseignements, il y aurait certains élus du MSM et du ML qui ne voteront pas le projet de loi portant sur la réforme électorale (…) Tout peut arriver : certains pourraient être souffrants, d’autres s’abstenir ou encore être en voyage à l’étranger.»

A ce jour, le leader du MMM a dit constater certains changements. «Premièrement, nous voyons Navin Ramgoolam qui a exprimé son opposition sur les six ou sept ‘good losers’ qui allaient être choisis par les leaders des partis. Et pourtant en 2014, le leader du Ptr en était d’accord. Gran gran koze dan vide !», a déploré Paul Bérenger. Il a souligné que le député indépendant, Dev Ramano, non plus, n’est pas favorable à l’idée que  des pouvoirs soient conférés aux leaders des partis pour la désignation des good losers.

Selon Paul Bérenger, cette «crainte profonde» de certains partis politiques de s’opposer au remplacement du Best Loser System remonte loin dans l’histoire de Maurice, soit lors des élections générales de 1948. Il s’est engagé dans un exposé avec des chiffres à l’appui, allant de 1953 à 1963 en passant par 1959 pour expliquer les différents changements dans le système électoral mauricien en vue de rassurer les différentes composantes de la population.

Pour le leader du MMM, la question se pose : «Que fera l’OPR à Rodrigues ? Selon mes renseignements, l’OPR optera pour deux élus à Rodrigues, or le gouvernement en préconise trois élus»

Pour ce qui est de la posture du MMM, Paul Bérenger a confié : «Nous prendrons notre décision lorsque nous aurons tous les détails de ce projet de réforme.» L’idéal, a réitéré le leader du MMM, c’est d’avoir un Parlement comprenant 63 élus et 20 autres désignés à la proportionnelle, ainsi que six ou sept députés additionnels, en remplacement du Best Loser Sysrtem, lesquels seront choisis par les leaders des partis politiques.

«Malheureusement, le gouvernement vient proposer un Parlement de 63 élus, 12 autres désignés à la proportionnelle et six ou sept additionnels, choisis par les leaders des partis politiques, lequel système n’a pas encore été bien défini. Ce sera mieux que rien. De ce fait, nous voteront ‘under protest’», a expliqué Paul Bérenger.

Compte tenu de la situation actuelle, agrémentée de certaines réticences, Paul Bérenger est d’avis qu’il est fort probable que le statu quo prévaudra lors des prochaines élections générales. «Il est fort possible que c’est sous la 1st Schedule que les prochaines élections générales seront organisées. De ce fait, on aura 60 candidats à Maurice, deux à Rodrigues et huit Best Losers. S’ajoute à cela, l’amendement qu’on avait voté en 2014, selon lequel un candidat n’est pas obligé de décliner sa communauté. Si mes renseignements sont fiables, nous irons dans cette direction»,  a déclaré Paul Bérenger.

Par ailleurs, le leader du MMM a dit être en faveur à l’idée de présenter 20 femmes sur une liste de 60 candidats par un parti politique, lors de la prochaine joute électorale. A ce chapitre, il a soulevé la question : «Qu’adviendra-t-il au cas le gouvernement vienne de l’avant avec  la loi sur la réforme électorale et que celle-ci ne soit pas votée en l’absence de ¾. La représentation de 20 femmes sur une liste de 60 candidats tombera-t-elle ou pas ?» Il s’est demandé si les mêmes principes s’appliqueront en marge de l’introduction d’une loi anti-transfuges. «Nous ne le croyons pas nécessairement. La représentation de 20 femmes et une loi anti-transfuges devront pouvoir être maintenues», a-t-il  renchérit.

 

«Réforme électorale: même si le MMM vote pour, on n’atteindra pas la majorité de ¾»