Actu de l'ile Maurice
Faits Divers

Crime passionnel : Quand la jalousie prend le dessus sur l’amour

Crime passionnel : Quand la jalousie prend le dessus sur l’amour

« Aimer à perdre la raison… », chantait Jean Ferrat dans les années 70. Il semblerait que certains ont pris à la lettre ce refrain. Même 40 ans plus tard.

D’autres ont plutôt mal interprété, l’expression : « Jusqu’à ce que la mort vous sépare». Vous l’avez sans doute constaté. Quand la jalousie prend le dessus sur l’amour, les crimes passionnels peuvent devenir atroces, les uns plus que les autres. Si Christina Cherry,  Marie Patricia Verrière, Reena Rungloll, Madhvi Jaypaul, Anju Somah, Neha Goorah, Kamila Ramsamy et Benazir Sarah Gheesa étaient restées en vie, elles auraient pu témoigner les souffrances qu’elles ont endurées des mains de leur bourreau.

Voici les crimes passionnels qui ont fait couler beaucoup d’encre durant ces deux dernières années.

Jeudi 16 février 2016. Le cadavre en décomposition avancé de Christina Cherry est retrouvé dans un champ de canne à Bambous. La victime portait des lacérations au cou. Cette habitante de La Tour-Koenig, âgée de 27 ans et mère d’une fillette de 3 ans, n’avait pas donné signe de vie depuis le 9 février. Or ce n’est que quelques jours plus tard, soit le 12 février, que ses parents ont rapporté sa disparition au poste de police de La Tour Koenig. Bilall Elahee, un chauffeur de taxi domicilié à Quinze Cantons a été arrêté le lendemain par les limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT). Il a avoué avoir donné un coup de couteau à la victime à l’abdomen. Il l’a tuée, dit-il, par jalousie. Il a confié aux enquêteurs qu’il avait balancé l’arme du crime dans une rivière à Beaux-Songes. Mais l’arme n’a jamais été retrouvée.

Samedi 4 juin 2016 : Le corps en décomposition de Marie Patricia Verrière, une femme de 41 ans,  est retrouvé dans son appartement à Casa Florida lane. Ce sont ses amis qui ont fait l’horrible découverte. Lorsqu’ils se sont rendus sur place, ils ont constaté que la poignée de la porte était endommagée. En pénétrant à l’intérieur, ils ont noté qu’une odeur nauséabonde empestait les lieux. En poussant la porte de la chambre à coucher, ils ont retrouvé le corps de la victime sous un lit. Patricia Verrière avait été bâillonnée et avait les mains et les pieds ligotés. Vidish Jogannah, l’amant de la victime a été arrêté le lendemain à son domicile à Gokhoola.  Il est passé aux aveux. Il raconte qu’il s’était rendu chez Patricia Verrière pour récupérer ses affaires le vendredi 3 juin. Une violente dispute a éclaté entre lui et la victime. Il a déclaré qu’après l’avoir rouée de coups, il l’a ligotée et bâillonnée avant de l’étrangler avec un câble de téléphone.

31 octobre 2016 : Reena Rungloll, âgée de 34 ans est tuée par son amant Jimmy Mahadeo, âgé de 32 ans. Ce dernier a confié aux enquêteurs qu’il avait infligé un coup de couteau à la victime, dans un accès de colère. Il a, par la suite, brûlé le cadavre dans un champ de cannes à Trianon. Jimmy Mahadeo explique qu’il entretenait une liaison avec la victime depuis 2008. Ils travaillaient ensemble dans une compagnie à Port-Louis. La jeune femme a changé d’emploi mais ils auraient continué à se voir. Il raconte qu’une dispute a éclaté entre eux lorsqu’il la raccompagnait chez elle. C’est parce que Reena aurait reçu un message sur son portable. C’est à ce moment-là, dit-il, qu’il l’a agressée. Il s’est rendu dans un champ de canne à Trianon et a creusé un trou. Il a placé le corps dans le trou avant de le recouvrir de pneus. Il a dit une prière avant de brûler le corps.

28 décembre 2016 : Le cadavre en décomposition de Madhvi Jaypaul est découvert au domicile de son amant, Dharamdeo Neliah, à Surinam. Ce dernier s’était rendu au poste de police de Souillac et a avoué qu’il avait tué sa concubine parce qu’elle voulait le quitter pour aller vivre avec quelqu’un d’autre. Il raconte qu’il lui avait asséné plusieurs coups de machettes à la tête dans la nuit du 24 décembre. Il raconte qu’il a eu des rapports sexuels avec le cadavre le 24 et le 25 décembre. Lorsque le corps a commencé à dégager une odeur nauséabonde, il a préféré dormir dans une autre pièce. Le 28 décembre, il s’est rendu chez sa mère pour tout lui raconter. Cette dernière a conseillé à son fils de se rendre à la police. Lorsque des policiers se sont rendus sur les lieux, ils ont découvert le cadavre en décomposition de Madhvi Jaypaul.

9 juillet 2017. Anju Somrah, est poignardée par son époux Sudhir. Le drame s’est joué au domicile de la mère de la victime à Saint-Rémy, Flacq. La victime, âgée de 34 ans était  mère de quatre enfants. Elle avait quitté son mari il y a quelques temps et avait obtenu un protection order. Ce dernier avait d’ailleurs passé huit jours en prison à cause de cet ordre. En rentrant de son travail, Anju rentre dans sa chambre et tombe nez à nez avec son mari. Ce dernier la projette sur le lit avant de lui asséner plusieurs coups de couteau au ventre. Intrigués par les cris, les voisins se ruent vers la maison. Lorsqu’ils enfoncent la porte de la chambre, ils découvrent Anju les vêtements maculés de sang sur son lit. Sudhir a, quant à lui tenté, de se donner la mort en retournant son couteau contre lui.  Mais lorsque les secours sont arrivés, il était déjà trop tard pour Anju. Elle avait déjà rendu l’âme.

Dimanche 30 juillet 2017 : Les cadavres de Neha Goorah (25 ans) et Navin Gunputh (40 ans) sont retrouvés à bord d’une voiture dans un ravin à Valton. Les victimes étaient portées manquantes depuis le 21 juillet. Ils avaient été égorgés. Un témoin a déclaré aux limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Terre-Rouge qu’il avait aperçu un individu à moto en train de se disputer avec le chauffeur de la voiture quelques jours plus tôt. Ce sont des personnes venues à la rivière pour des prières qui ont fait la macabre découverte. Yousouf Nurudin, le mari de Neha Goorah, a été arrêté et placé en détention. Le couple s’était marié quatre mois avant le drame.

12 septembre 2017 : Vishnu Ramsamy transporte sa femme à l’hôpital. Il affirme que cette dernière s’était auto-infligé des blessures mortelles avec un couteau après une dispute conjugale alors qu’ils se trouvaient à bord de leur voiture à Forbach Road Cottage. Mais comment Kamila Ramsamy aurait-elle pu se donner des coups de couteau au dos ? La version de Vishnu Ramsamy n’a pas convaincu le médecin légiste. Finalement, il est passé aux aveux quatre jours plus tard. Il a expliqué qu’il était convaincu que sa femme le trompait avec un habitant de Beau-Bassin. La victime, originaire d’Ouzbékistan, était mère de quatre enfants.

Vendredi 14 septembre 2018 : Le corps de Benazir Sarah Gheesa, une enseignante âgée de 25 ans, est retrouvé dans un ravin à Les Mariannes par les hommes du sergent Arnasala, de la Northern Crime Intelligence Unit (CIU). La victime, une habitante d’Epinay était portée manquante depuis la veille. Son petit ami. Mithileswar Dhansoo, a été admis au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital (SSRN) après avoir tenté de se pendre. Il a avoué aux enquêteurs qu’il avait étranglé la jeune femme avant de balancer son corps dans le ravin. Le motif : La jeune femme voulait mettre fin à leur relation.

Veediasha Bekaroo (psychologue) : « L’infidélité en est la cause »

Pour la psychologue Veediasha Bekaroo, c’est l’infidélité dans la plupart des cas  qui en est la cause. Dans la plupart des cas, nous dit-elle, l’homme est pris de remords après avoir tué sa femme ou sa petite amie. «C’est pourquoi certains se donnent la mort après l’acte». La plupart des victimes sont des femmes car ces dernières sont plus vulnérables. Les hommes n’arrivent pas à garder leur sang-froid comparativement aux femmes. « C’est à cause de leur égo et leur fierté». Comment peut-on réduire la violence contre les femmes ? Veediasha Bekararoo est convaincue qu’un couple devrait apprendre à bien se connaitre avant de se marier.

Crime passionnel : Quand la jalousie prend le dessus sur l’amour