9e sommet ACP - Bodha : «Soutien total et sans équivoque sur les Chagos»
Ce sommet a été marqué par le Conseil des ministres des ACP et le Conseil des Chefs d'Etats et de gouvernements. C'est le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, qui assure la présidence. Il est ici avec le ministre Nando Bodha.
Actualités

9e sommet ACP – Bodha : «Soutien total et sans équivoque sur les Chagos»

«Au niveau de la Déclaration, je pense que je dois avant tout souligner le soutien total que le groupe ACP – c’est-à-dire 79 États – a apporté à Maurice sur l’archipel des Chagos”: propos du ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha, lors d’une conférence de presse, à son bureau, à Newton Tower, jeudi 12 décembre, en vue d’aborder les «réalisations majeures» du 9e sommet des ACP, tenu à Nairobi au Kenya les 9 et 10 décembre. “En fait, la Déclaration finale (paragraphe 11) a appelé à l’unanimité le Royaume-Uni à respecter le droit international à travers l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice et les résolutions des Nations Unies qui ont exhorté le Royaume-Uni à mettre fin à son administration illégale de l’archipel des Chagos», a-t-il ajouté. Ce sommet a été marqué par le Conseil des ministres des ACP et le Conseil des Chefs d’Etats et de gouvernements. C’est le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, qui assure la présidence.

«L’archipel des Chagos est une question très importante pour ce gouvernement. Depuis 2014, nous avons pris des mesures audacieuses par le biais de la diplomatie et du droit international pour amener le Royaume-Uni à mettre fin à son occupation illégale de l’archipel et faciliter le retour de nos frères et sœurs chagossiens dans l’archipel», a-t-il ajouté. Il a souligné que le gouvernement mauricien exprime sa gratitude au Groupe ACP pour son soutien sans équivoque exprimé dans la Déclaration.

Toujours au chapitre des Chagos, Nando Bodha a dit avoir fait une déclaration dans le sens que Maurice est dans l’attente du rapport du secrétaire général des Nations Unies en vue de décider la marche à suivre.

Contexte exceptionnel

Il a affirmé que le 9e Sommet du groupe ACP s’est tenu dans un contexte exceptionnel et des décisions très importantes ont été prises. Des décisions, a-t-il indiqué qui auront également des implications pour Maurice.

Lors de sa conférence de presse, jeudi 12 décembre, le ministre redes Affaires étrangères, Nando Bodha, était encadré de la Première Secrétaire aux Affaires étrangères, Asha Canabady. de ses proches collaborateurs et de diplomates.

S’agissant de la deuxième réalisation, le ministre des Affaires étrangères a abordé le secteur des Services financiers, notamment les juridictions fiscales non conformes. Soulignant que Maurice a présidé une réunion du groupe de travail ministériel ACP sur les questions fiscales qui sert de plateforme de dialogue entre les ACP et l’Union Européenne sur les questions fiscales internationales, y compris la liste des juridictions fiscales non coopératives publiée par l’UE chaque année, Nando Bodha a affirmé que l’UE a établi «une liste blanche, une liste grise et une liste noire.»

«Des critères sont imposés à des pays qui sont confrontés à des difficultés. A ce jour, il y a encore des pays qui se trouvent sur la liste noire et liste grise. Au niveau de Maurice, nous avons fait des efforts pour sortir de la liste grise»,  a déclaré Nando Bodha.

En revanche, il a fait état des des critères d’évaluation et de la nécessité d’un temps moratoire. «On a crié que l’UE n’a pas le droit d’imposer des critères et de créer une liste noire, car cela met en cause le secteur des Services financiers. L’UE doit donner un moratoire aux États pour changer les lois», a déclaré Nando Bodha.

Révision de l’accord de Georgetown

Outre l’UE, il a fait état d’autres pays à l’intérieur de l’OCDE qui ont imposé leurs propres critères. De ce fait, il a mentionné la France qui a inscrit les Seychelles sur la liste noire. «Le comble est que dès que vous êtes conformes aux critères, on en impose d’autres. L’important pour nous est que Maurice n’est plus sur la liste grise. On a demandé à ce que les pays ACP travaillent avec les Nations Unies pour la création d’un organe fiscal intergouvernemental, car il y va de l’existence des services financiers», a affirmé Nando Bodha.

Une autre “réalisation majeure”, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, c’est la révision de l’accord de Georgetown qui est considéré comme étant un “moment historique.” De ce fait, le 9e sommet a adopté des modifications fondamentales de l’accord de Georgetown, qui est l’acte constitutif des ACP. 

En fait, les ACP étaient essentiellement un groupe d’États en développement aux besoins similaires réunies pour négocier avec l’UE. Désormais, le Sommet a décidé de transformer le Groupe en une organisation multilatérale à part entière qui sera appelée à jouer un rôle prépondérant et plus affirmé dans les affaires internationales.

“Nous partons d’un concept bilatéral à celui de multilatéral. Cela, non pour engager des pourparlers seule avec l’UE, mais avec des pays tiers. Ainsi, on peut avoir des relations de partenariat avec des pays de l’Asie”, a affirmé Nando Bodha. D’où  le thème Un groupe ACP transformé engagé dans le multilatéralisme, choisi par le 9e sommet pour souligner l’importance du multilatéralisme. 

9e sommet ACP – Bodha : «Soutien total et sans équivoque sur les Chagos»