Actualités

Affaire 95kg de cocaïne : L’ADSU se concerte avec les autorités étrangers…

Les députés Aumeer, Abbad Mamode et Meea ont questionné le Premier ministre sur la découverte de 95 kg de cocaïne dans un moteur d’une chargeuse sur pneus. De quoi Pravind Jugnauth les avancé que le commissaire de police lui a informé que le mercredi 10 juillet 2019 à 16 h 20, suite à la demande du gestionnaire de services de Scomat Ltd, situé à Grewals Lane, Pailles, une équipe de l’ADSU s’est rendue sur les lieux de ladite entreprise.

Les agents de l’ADSU ont été informés par le directeur de l’entreprise que le même jour vers 15 h 30, alors que les employés inspectaient le moteur d’une chargeuse sur pneus (tractopelle) importée par l’entreprise du Brésil, ils ont trouvé trois 3 sacs de kit noirs dissimulés dans le compartiment moteur près du silencieux d’échappement dudit véhicule. Les sacs ont été remis en lieu sûr au superviseur du magasin qui, tout en vérifiant les trois sacs à provisions, a trouvé plusieurs colis rectangulaires contenant chacun des colis suspects.

Les trois sacs ont été remis aux agents de l’ADSU qui les ont ouverts en présence des employés présents à ce moment et leur contenu était soupçonné d’être des drogues dangereuses (cocaïne). Une enquête sur l’affaire a immédiatement été lancée par l’ADSU et les pièces ont été sécurisées et envoyées au laboratoire des sciences judiciaires pour examen.

Au cours de l’enquête, les trois sacs contenaient une quantité totale de 92,5 kg (y compris les emballages) de drogues dangereuses soupçonnées d’être de la cocaïne. À ce jour, les déclarations de seize personnes ont été enregistrées dans le cadre de l’affaire. Aucune arrestation n’a été effectuée à ce jour.

Conformément au paragraphe 41(4) de la Dangerous Drugs Act 2000, une personne est réputée être un trafiquant de drogue lorsque la valeur marchande des drogues dépasse un million de roupies. Par conséquent, une enquête sur le trafic de stupéfiants a été lancée et est en cours. Il comporte des ramifications internationales, d’où la complexité et la lenteur de l’enquête.

Pravind Jugnauth a également fait ressortir qu’il y a eu échange d’informations entre l’ADSU et les autorités étrangères concernées en vue d’obtenir des informations pertinentes pour le déroulement de l’enquête. Comme l’enquête est toujours en cours, toute divulgation de renseignements s’y rapportant peut être très préjudiciable à l’affaire.

À noter que la responsabilité de l’examen et du balayage de ces types de lots ou d’équipements incombe au département des douanes (MRA). L’examen, le balayage et la recherche de tels types d’envois reposent sur une gestion des risques automatisée sur des critères de sélectivité préétablis ainsi que sur l’intelligence et le profilage.

« Le département des douanes m’informe que depuis le 11 juillet 2019 jusqu’au 2 juillet 2020, 273 de ces types d’équipements ont été importés. Tous ces types d’équipements sont, sans exception, soumis au reniflage par des chiens renifleurs de stupéfiants; 79 d’entre eux ont également été scannés, 68 ont fait l’objet d’un examen physique et 35 ont été scannés et examinés. Rien d’incriminant n’a été trouvé dans ce type d’équipement, » avance Pravind Jugnauth.

Chaque fois que l’ADSU dispose d’informations crédibles et fiables fondées sur des renseignements et des profilages sur des envois suspects, la collaboration de la Section des stupéfiants des douanes de l’ARM est recherchée.

« Je souhaite réitérer une fois de plus l’engagement indéfectible de mon gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogue, » conclut-il.

Affaire 95kg de cocaïne : L’ADSU se concerte avec les autorités étrangers…