A Paris : des problèmes techniques contraint le vol MK 045 à un retour au sol
Actualités Editor's choice Editor's Picks

Air Mauritius : Bonne performance opérationnelle et commerciale

Air Mauritius annonce aujourd’hui une légère amélioration de sa performance opérationnelle pour le deuxième trimestre de l’exercice financier 2019/2020 dans un contexte économique compliqué et une année de restructuration de son modèle économique.

La compagnie subit toutefois les effets de la dégradation de l’euro et l’application des nouvelles normes comptables en vigueur cette année, soit le IFRS 16. Alors que les comptes du trimestre (hors IFRS 16) passent de 2,8 millions net négatif à 1,3 million d’euros net négatif, l’effet IFRS 16 détériore ces mêmes comptes qui passent de 1,3 million d’euros net négatif à 18,3 millions d’euros net négatif.

Bonne performance opérationnelle et commerciale

Malgré des difficultés sur plusieurs de nos principaux marchés touristiques, Air Mauritius résiste. Et grâce à l’implémentation des premiers éléments du rapport CAPA, notamment au niveau du réseau et du commercial, la compagnie devait programmer une capacité de 591,514 sièges, en légère augmentation par rapport au deuxième trimestre de l’année précédente, et déployée surtout sur le court et moyen-courrier. Le nombre de passagers transportés passe à 449,327 et le taux de remplissage à 81,5 points, ce qui indique une bonne utilisation de la capacité. Même si le «yield» se dégrade légèrement pour s’afficher à 233 euros, la recette au kilomètre offert, connait une légère amélioration de 1,8%.

Les coûts opérationnels subissent une réduction de 6,4% pour passer à 132,1 millions d’euros, principalement dus à la baisse du prix du carburant, le déploiement plus adapté de la capacité par rapport à l’évolution de la demande ainsi que les initiatives prises pour réduire les coûts. Dans ce contexte, un comité de pilotage de tous les coûts a été institué et apporte déjà des résultats. A noter que l’économie du carburant est aussi accentuée avec l’arrivée des Airbus A330neo dans notre flotte pendant le trimestre.

Résultats des premiers six mois

L’application des nouvelles normes comptable IFRS 16 a pour conséquence la dégradation des résultats des premiers six mois de l’exercice financier. Hors IFRS16, la compagnie aurait affiché un résultat net négatif de 8,1 millions d’euros, en nette amélioration du résultat net négatif de 17,6 millions pour l’exercice précèdent. Après l’application de l’IFRS 16, et dans le droit fil des résultats du deuxième trimestre, les résultats des premiers six mois de l’exercice affichent un net négatif de 22,6 millions d’euros. Le nombre de sièges déployés reste stable à 1120 554.

Le nombre de passagers connait une légère baisse et atteint 844 519 confirmant les difficultés rencontrées dans les principaux marchés émetteurs et reflétées par la baisse des arrivées touristiques. Le taux de remplissage connait toutefois une légère hausse passant de 80,4 à 80,9 points confortant le plan de déploiement plus adapté de la capacité tel que préconisé par CAPA.

Les coûts opérationnels baissent de 6,8% pour atteindre 253,4 millions d’euros grâce à la réduction du coût du carburant. Cette réduction est due à la baisse des prix et à la baisse du volume utilisé par l’effet combiné d’avions plus performants (Airbus A350 et A330neo) et un réseau recentré sur le court et moyen-courrier.

Perspective pour le reste de l’exercice

Le contexte économique mondial se détériore avec des tensions sur plusieurs parties du monde. Le FMI vient de revoir la croissance pour cette année à 3%. Plusieurs de nos marchés font face à des difficultés – la Grande Bretagne et l’Europe en général avec l’effet du Brexit, la Chine et les tensions commerciales avec les Etats Unis, l’Afrique du Sud et Hong Kong. En outre, la compagnie continue à faire face à la volatilité du taux de change euro-dollar (avec l’application de l’IFRS 16), de la volatilité du prix du carburant et des implications du ‘Workers’ Rights Act’.

La restructuration de la compagnie est entamée avec ce qui peut l’être pour le moment, par exemple, le réseau, le renforcement du commercial et la réduction des coûts (sans toucher à la sécurité et au service). C’est ainsi que les deux Airbus A350 prévus le mois dernier ont été loués pour trois ans après le réaménagement de notre réseau. Ce développement, dicté par les évolutions de la demande et donc de l’offre, a un impact sur la composition de notre flotte et c’est un nouveau plan de flotte pour soutenir le nouveau réseau qui sera désormais proposé pour validation par notre conseil d’administration.

Les autres grands axes du rapport CAPA seront aussi soumis pour approbation bientôt – la mission de la compagnie nationale, la gouvernance, la nouvelle structure organisationnelle, la prise de participation dans l’écosystème de l’aviation et d’autres reformes de fond pour rendre la compagnie plus performante. Le renforcement de notre bilan a déjà été enclenché avec l’entrée dans notre capital, de AML alors que notre entrée dans l’actionnariat de MDFP confirme notre stratégie pour une participation plus active dans l’écosystème de l’aviation. La société PWC interviendra dans le sillage des premières validations pour finaliser les besoins en financement du nouveau modèle économique et du nouveau plan.

Une mobilisation de toutes énergies sera critique pour le déploiement du nouveau plan de la compagnie et à ce titre, le travail commencé avec la société ‘Great Place to Work’ devrait donner des pistes pour mener à bien la transformation de l’entreprise dans l’intérêt de nos clients, actionnaires et collaborateurs.

Air Mauritius : Bonne performance opérationnelle