Après 9 ans: le NRB révisera le salaire des journalistes et employés de presse
Le National Remuneration Board (NRB) procédera à une révision des salaires des journalistes écrite et parlée et ceux des employés de presse.
Actualités

Après 9 ans: le NRB révisera le salaire des journalistes et employés de presse

Le National Remuneration Board (NRB) procédera à une révision des salaires des journalistes écrite et parlée et ceux des employés de presse. C’est ce qu’a annoncé le ministre du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn. Une révision, indique le ministre de tutelle, qui intervient après neuf longues années.

Tout en qualifiant cette attente d’être “trop longue”, Soodesh Callichurn a souhaité que tous les que tous ces catégories d’employés: journalistes, secrétaires de rédaction, correcteurs, photographes/vidéographes se concertent et aillent déposer devant le NRB.  Il faut dire que les journalistes et certaines catégories d’employés de presse ont leur salaires régis par la Newspapers and Periodicals Workers Remuneration Act. Leurs salaires seront réajustés par le NRB.

Il faut dire que cette révision concerne tous les journalistes indistinctement, et pas uniquement ceux de la presse écrite. “Ainsi, avec les mutations opérées au sein des rédactions suivant l’avènement des web tv, radio privées etc, ce sont aussi ces rédacteurs, chroniqueurs et autres animateurs qui sont concernés”, affirme-t-on au ministère du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi. 

Fini le temps ou un journaliste n’avait qu’à soumettre un texte… aujourd’hui il lui est demandé de préparer une version raccourcie de son texte, de monter une vidéo ou une bande sonore, transmettre par whatsapp ou messenger pour alimenter les médias en ligne ou pour poster sur facebook.

Il est important, dit-il, de prendre en considération, la nouvelle nature du métier. Avec l’apparition des news items sur les nouvelles plateformes: réseaux sociaux, les YouTube, facebook, whatsapp, twitter et autres channels, le travail du journaliste a beaucoup évolué ces dernières années. Fini le temps ou un journaliste n’avait qu’à soumettre un texte… aujourd’hui il lui est demandé de préparer une version raccourcie de son texte, de monter une vidéo ou une bande sonore, transmettre par whatsapp ou messenger pour alimenter les médias en ligne ou pour poster sur facebook. 

“Le maître-mot, aujourd’hui, c’est la bataille de l’information”, affirme-t-on dans les diverses rédactions. Cette transformation du monde des médias a pris de court beaucoup de groupes de presse. Certains se sont adaptés, d’autres peinent toujours à le faire. Cependant, les conditions de travail des journalistes n’ont pas été revue en conséquence… Ceux-ci travaillent dans des conditions aléatoires. 

L’impact du Covid-19

En conséquence de la pandémie du Covid-19, résultant au confinement et couvre-feu sanitaire, bon nombre de journalistes ont été priés de travailler chez en mettant en oeuvre le concept Work from home. Les principaux titres de la presse sont passés en effectifs réduits et dans certains cas des licenciements ont même été enregistrés, notamment au niveau du personnel des rotatives (imprimerie) et les principaux journaux étaient disponibles qu’en version digitale (pdf).

Pour l’ensemble de la classe journalistique, la journée de travail est désormais bien différente. Plus de briefing en salle de rédaction, les instructions et suggestions pour les sujets sont désormais partagées sur un groupe WhatsApp incluant le rédacteur en chef, les chefs d’édition et les journalistes. Certains affirment qu’ils dépensent plus sur les forfaits de téléphone et disent espérer que leurs employeurs prendront, cela en compte au moment de calculer les salaires.

En tout cas, avec l’introduction de nouveaux remuneration orders (RO), “il est primordial que les journalistes se mobilisent, que ce soit sur une base individuelle ou à travers leur représentant syndicale afin que leurs représentations soient prises en ligne de compte.”

Après 9 ans: le NRB révisera le salaire des journalistes et employés de presse