Edito - L'indépendance : Ce n'est pas la célébration d'un seul homme !
Actualités Edito Editor's Picks

Avez-vous la phobie du développement, messieurs ?

« Quiconque a beaucoup vu peut avoir beaucoup retenu ». Voici une phrase très significative et lourde de sens sur laquelle on devrait méditer lorsqu’on veut réussir dans le développement du pays. Cette réussite est, en effet, la résultante de la capacité du gouvernement à confronter les réalités afin de tirer le maximum de profit et d’améliorer l’existant.

L’Agronome René Dumont a, en son temps, souvent fait mention dans ses ouvrages « l’Afrique noire est mal partie ». Quant à l’écrivaine camerounaise, Calixte Beyala, elle accouchait : « Et si l’Afrique refusait le développement ». Une citation qui sonne comme une interpellation pour que le continent, dont on fait partie, sache qu’il a atteint l’âge de la responsabilité en ce qu’il s’agit de faire preuve de maturité en opérant des choix intéressants.

Et le gouvernement de Pravind Jugnauth a fait un choix. Le choix de moderniser le système de transport en commun. Ainsi, fait l’entré du Métro Express.  Un choix qui devrait satisfaire des besoins primaires de la population dans son quotidien. Mais hélas tout développement nécessite des gros changements. Et la nature humaine est craintive en ce qui concerne le « changement ». Une telle prise de conscience bouleverse autant qu’elle libère.

Les gens ont peur du développement… peur du changement dans le visage paysagiste. Ironiquement, ces même personnes parlent avec stupéfaction de Singapore. Pourtant, ce pays, d’une superficie inférieure à 600 kilomètres carrés, a été complètement rasé avant de renaître, version Lee Kuan Yew.

Si on prend la liberté de prendre le Singapore comment exemple, pourquoi doit-on pointer du doigt notre gouvernement qui privilège le développement tout azimuts ? On devrait changer notre mentalité et favoriser le développement. Si on ne veut aucun changement dans notre quotidien, ce sera « la folie… et de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », disait Einstein.

De quoi a-t-on peur finalement ? Moi, j’ai peur de m’entendre dire que le mot développement est une phobie pour certains…!

Avez-vous la phobie du développement, messieurs ?