Bilan 2018 et Attentes 2019: Entre satisfaction et incertitude
Bilan satisfaisant pour la saison 2018.
Turf

Bilan 2018 et attentes 2019: Entre satisfaction et incertitude

La saison hippique 2018 est passée à la vitesse grand V. 38 journées, 15 écuries, 301 courses. Nous voilà déjà arrivées à l’heure des bilans. Si pour certains la saison a été fructueuse, pour d’autres cela a été mi-figue mi-raisin, voire catastrophique, dans des cas spécifiques. Gilbert Rousset a été couronné champion après une belle saison. Robbie Fradd et Jameer Allyhosain ont enlevé le titre chez les cavaliers alors que Hard Day’s Night a été sacré ‘cheval de l’année’ après une superbe saison assortie d’une première course classique. Nous avons également eu les débuts de Praveen Nagadoo à la tête de sa propre écurie.

Si, d’un point de vue sportif, la saison a été correcte dans l’ensemble, comment passer sous silence les nombreux cas de dopage enregistrés. Maxamore, Asapra, League Of Legends, Artax, Ouzo…alors que l’affaire Gameloft s’est poursuivi et a tenu tout le monde en haleine. Un premier verdict est tombé avec la disqualification de 12 mois et une forte amende de Rs 100 000 à l’entraîneur Gilbert Rousset. Ce dernier a cependant fait appel contre ces sanctions.

Bilan 2018

  • Les Hits

Gilbert Rousset
Les saisons se suivent et se ressemblent pour Gilbert Rousset et son fidèle lieutenant, Soodesh Seessurrun. Un huitième titre acquis après une brève lutte avec la casaque bleue électrique. 48 victoires, 83 accessits et des gains qui s’élèvent à Rs 13 539 000. Tout cela sans avoir remporté la moindre course classique, ce qui est remarquable en soi. Les nouvelles unités de cet établissement ont largement contribué à cette belle saison. On pense ici à Mambo Rock, King’s County, Red Line Captain, Yankee Captain, Jal’s Tiger, Kapteinspandiseile entre autres. Gilbert et Soodesh connaissent parfaitement le secret du succès, surtout avec les nouveaux.

Les saisons se suivent et se ressemblent pour G. Rousset et son fidèle lieutenant, S. Seessurrun.

Gujadhur

Même si le titre suprême n’est pas tombé dans l’escarcelle, l’écurie Gujadhur a réalisé toutefois une saison exceptionnelle avec deux courses classiques par l’entremise de Table Bay (Barbe) et d’Enaad (Maiden). Au final, la plus vieille écurie du turf termine dauphin derrière Gilbert Rousset avec des ‘stakesmoney’ de l’ordre de Rs 12 704 500. On ose penser que la saison aurait pu être mieux si ‘Mr Classic’ Ramapatee Gujadhur n’avait pas joué de malchance avec ses cavaliers dont Jamie Theriot, Daniel Stackhouse et Rafale Schistl.

Rameshwar Gujadhur
Une troisième place au classement des écuries, le ‘King of longshots’ peut être satisfait de sa saison. 32 victoires, 87 accessits pour des gains de Rs 1 1544 000, Rameshwar Gujadhur et son fils Subiraj Gujadhur peuvent aborder un large sourire. Hard Day’s Night – qui s’est adjugé la Coupe d’Or, Nottinghamshire – champion sprinter, Rock On Geordies, Ouzo, ont apporter leur part du gâteau. Le score aurait pu être mieux, mais ont joué de la malchance avec quelques coursiers dont Turbulent Air, I Travel Light alors que Winter Prince n’a pu faire ses débuts, ayant eu des ennuis de santé.

Robbie Fradd
Le Sud-Africain s’est emparé de la cravache d’or pour la deuxième fois après 1993. Le cavalier qui est venu en remplacement à Weichong Marwing a tout écrasé sur son passage. Fradd est comme le bon vieux vin. C’est le cas de le dire, car malgré son âge, il a damé le pion aux jeunes loups. Sur 147 montes, il a ramené 35 victoires et 58 placés. Outre le titre chez les jockeys, Robbie Fradd est reparti avec le ‘ride of the day award’. Ses victoires sur Yankee Captain ou encore Kapsteinspandiseile ont marqué les esprits.

Jameer Allyhosain
Après une lutte intense avec Brandon Louis, Jameer Allyhosain a été couronné champion chez les locaux à l’issue de la dernière journée régulière. Au cours de la saison, il est passé jockey professionnel après avoir scellé sa 30e victoire de sa carrière. Il termina la saison avec 23 réussites et valida du coup sa participation au Week-end International. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas raté la coche. Il a ramené une précieuse victoire pour notre quadricolore par l’entremise d’Afdeek, coursier de l’établissement Maingard. Un moment fort qu’il n’oubliera jamais.

Hard Day’s Night
Sujet de 6 ans par Warm White Night et My Lady Bluff, Hard Day’s Night a évolué à un tout autre niveau. S’il avait remporté le championnat des 4 ans en 2017, l’année dernière fut encore plus fructueuse. En remportant la Coupe d’Or, il a fait d’une pierre trois coups. Outre le fait d’avoir offert à son écurie une victoire classique et d’avoir été sacré Meilleur Miler, il s’est offert le titre de Cheval de l’Année en se portant à la première place au classement des chevaux par points tout comme en termes de Stakesmoney remporté.

Horse Of The Year 2018: Hard Day's Night succède à Enaad
Hard Day’s Night marque l’histoire à sa manière

Enaad
Une victoire seulement en 2018, mais suffisant pour faire son entrer dans l’histoire du turf local. Le pensionnaire de l’établissement Gujadhur a remporté la plus prestigieuse course de la saison hippique après 2017. Ce qui lui permet de rejoindre les Tahara Maid, Lines Of Power et Have Mercy, ayant tous gagné la Maiden Cup en deux occasions. Enaad a réalisé l’exploit et de quelle manière. Le cheval est véritablement trop fort sur le parcours classique.

  • Average Hits

Amar Sewdyal
Le jeune entraîneur a été l’auteur d’une bonne saison. Cela malgré avoir débuté timidement. En effet, pendant douze longues journées, cet établissement n’avait pas remporté la moindre victoire. Mais les chevaux ont par la suite craché le feu, surtout avec l’arrivée du jockey brésilien, Manoel Nunes Da Silva. L’apport de toute l’équipe doit également être souligné. Amar Sewdyal a été sacré ‘meilleur entraîneur’ pour le Week-end International avec cinq victoires au compteur. Il a dominé de la tête et des épaules ce championnat.

Philippe Henry n'est plus attaché à Sewdyal, Calladdi 'put down'

Preetam Daby
L’ancien jockey a fait encore mieux pour sa deuxième saison avec 27 victoires à son actif. Il a joué de la malchance avec quelques coursiers, mais principalement pour manque de réussite de ses cavaliers en l’occurrence James Winks et César Passerat. Malgré tout, il s’est bien tiré d’affaire notamment avec l’apport de l’apprenti Brandon Louis et Swapneel Rama. Kingmambo’s Legacy et Prince Of Wales ont connu des ennuis, sinon, il aurait, à coup sûr, aspiré à mieux. Preetam Daby a malheureusement perdu Answeringenesis vers la fin de la saison.

Preetam Daby fait l'acquisition de deux unités

Jean Michel Henry
Le fils de feu Serge ‘Kiki’ Henry, peut afficher la satisfaction par rapport à la saison écoulée. Une sixième place au classement final, la victoire classique de Baritone dans la Duchesse et la consécration de Zodiac Jack dans le championnat des 3 ans, succédant ainsi à Oomph, des stakes aux alentours de Rs 7.5 millions…autant de raisons pour être satisfait. Il a également pu compter sur Sea King, sujet qui a émerveillé par son dash final.

Brandon Louis
Le jeune apprenti n’a pas à rougir dans le championnat des Mauriciens. Il a tout donné, mais échoua de peu derrière Jameer Allyhosain. Seulement deux victoires les séparent (23 victoires contre 21). On ose penser qu’il aurait pu remporter la palme s’il avait été épargné par les suspensions à répétition. Mais cela va lui servir de leçon afin de s’améliorer davantage pour l’avenir. Il a même eu la chance de monter lors du Week-end International avec un accessit sur Jet Path.

La remise de Brandon Louis passe à 1.5kg, Karis Teetan audacieux

King’s County/Perplexing/Mambo Rock/Yankee Captain/Baritone
Plusieurs nouveaux coursiers se sont distingués lors de la saison 2018. On pense ici à Perplexing de l’écurie Gujadhur. Auteur de six victoires, il a épinglé l’’Up and Comer award’. Mambo Rock est lui passé tout proche avec cinq réussites. Il a été un motif de satisfaction pour son entourage, idem pour Yankee Captain. Ce dernier s’est illustré à quatre reprises en huit sorties. King’s County, redoutable front-runner, s’est montré consistent dans ses performances avec quatre victoires, un accessit en six tentatives. Baritone, puissant finisseur, a enlevé brillamment la Duchesse avec Segeon. Il s’est imposé en deux autres occasions. Mention spéciale également pour Ouzo, Table Bay, Jal’s Tiger et Nottinghamshire qui ont fait une bonne saison.

  • Flops

Vincent Allet
On s’attendait à beaucoup mieux de cette écurie. Mais les résultats n’ont pas été à la hauteur des espérances avec une douzième place au championnat. Sept victoires seulement, 60 accessits sur 167 montes. Ronnie Stewart, Daryl Holland et Richard Mullen n’ont pu faire grand-chose pour améliorer cette situation. Au niveau de son effectif, aucun cheval n’a brillé particulièrement. Une saison à mettre aux oubliettes.

Raj Ramdin
Son établissement n’est pas une grosse pointure. Mais on ne pensait pas qu’il allait remporter sept victoires seulement au cours de cette saison 2018 pour des stakesmoney de Rs 2 327 000. Sacred Flame a dévoilé un petit potentiel intéressant, par contre, la déception est venue de Gingerbread Man. Il faut toutefois concéder qu’il a eu des ennuis de santé. Raj Ramdin s’est offert un doublé pour le Week-end International grâce à Xanthus et Bonjour Baby, mais insuffisant pour faire oublier cette mauvaise saison.

Fegentri: Le 'petit exploit' de Raj Ramdin

Ready To Attack
Le cheval de l’année 2017 a été l’ombre de lui-même. Il a laissé son entourage et ses fans sur leurs faim. Six sorties sans la moindre victoire pour celui qui avait remporté haut la main la Coupe d’Or 2017 avec Imran Chisty. Il est un sujet délicat, mais ses performances 2018 ont été une grosse déception. Ce produit de 6 ans par More Than Ready et de Gaze, a récolté deux accessits seulement dont un dans une épreuve à condition.

[35e journée] Programme et cote : Ready To Attack est attendu au tournant

Saison 2019

La saison 2019 débutera, fort probablement en mars. Beaucoup de changements à prévoir. Après plusieurs années au service du Mauritius Turf Club, Khalid Rawat va tirer sa révérence. Il en sera de même pour Benoit Halbwachs. Ce dernier prendra du recul, mais apportera son aide au nouveau CEO du club, Mike Rishworth. Le Sud-africain prendra ses nouvelles fonctions à partir de février 2019. D’emblée, il a avancé qu’il souhaiterait avoir plus de courses pour la saison 2019 et qu’il travaillera en étroite collaboration avec la Gambling Regulatory Authority. Paris illégaux, commingling et amélioration des infrastructures du MTC sont autant de dossiers brûlants qui l’attendent.

Pas mal d’entraîneurs sont également dans l’angoisse. Outre, les redevances à la MRA qui font toujours débat, il y a également les cas de dopage. Gilbert Rousset, Preetam Daby, Shirish Narang et Amar Sewdyal sont dans l’attente de leur sort. Avec le reglement 208 A (5), il y a de quoi être inquiet. Un danger réel pour les entraîneurs qui risquent leur licence, car ils doivent assumer la totale responsabilité en cas de dopage.

Si le nombre de nouvelles unités a augmenté, ce qui est une bonne chose, le souci de pose au niveau des boxes. Quelques entraîneurs déplorent le manque de boxes à Port-Louis et sont obligés de garder leurs chevaux à Floréal ou dans des centres privés.

Parking au Champ-de-Mars : une réalité d’ici décembre

L’assistant-entraîneur, Ravi Rawa, avait exprimé son souhait d’avoir sa propre écurie. Il avait même avancé qu’il ferait une demande en ce sens à la conclusion de la saison 2018. Reste à voir s’il ira de l’avant avec son projet.

Au niveau des acquisitions, plusieurs unités de valeur ont été achetées à l’instar de White River (RG), Nebula (RG), Perovskia (RM), Woljayrine (JMH), Summer Sky (G), Black Cat Back (G) entre autres. Ce qui rendra la compétition encore plus attrayante. Les entraîneurs sont toujours en mode d’achat et d’autres arrivées sont attendues. Pour l’heure, on compte près de 90 nouveaux acquis.

Acquisitions 2019: Black Cat Back, Summer Sky, Nebula, White River, Perovskia les têtes-affiche

En ce qui concerne les jockeys. Olivier Plaçais est annoncé chez l’écurie Gujadhur. Ricky Maingard a fait une demande pour Daryl Holland. Cedric Segeon pourrait bien rempiler chez Jean Michel Henry. Gilbert Rousset n’a toujours pas encore confirmé le champion en titre Robbie Fradd. Amar Sewdyal est lui en contact avancé avec le Sud-Africain Callan Murray. Praveen Nagadoo privilégiera les cavaliers locaux dans un premier temps et décidera par la suite si l’embauche d’un jockey étranger sera nécessaire. Les autres établissements sont toujours à la recherche de l’oiseau rare.

Olivier Plaçais passera la fête de Noël en France

Quoi qu’il en soit, la saison 2018 promet beaucoup même si l’incertitude plane sur l’avenir de quelques protagonistes.

 Bilan 2018 et Attentes 2019: Entre satisfaction et incertitude