Blanchiment d'argent et terrorisme: Maurice affûte ses armes
L'introduction des deux projets de loi montre l'engagement, la volonté politique et le sérieux du gouvernement dans la lutte contre le blanchiment de capitaux ...
Actualités

Blanchiment d’argent et terrorisme: Maurice affûte ses armes

Maurice s’engage à redoubler d’efforts pour lutter contre le blanchiment de l’argent et le financement du terrorisme. Il met en place un cadre juridique et réglementaire encore plus solide pour détecter, dissuader et adopter des mesures contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Deux projets de loi importants, Anti-Money Laundering and Combatting the Financing of Terrorism and Proliferation (Miscellaneous Provisions) Bill 2019 and the United Nations (Financial Prohibitions, Arms Embargo and Travel Ban) Sanctions Bill 2019 —(le projet de loi 2019 relatif aux sanctions contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et de la prolifération (dispositions diverses), et le projet de loi des sanctions concernant les Nations Unies (interdictions financières, embargo sur les armes et interdiction de voyager) 2019)— sont déjà devant le Parlement.

L’introduction des deux projets de loi montre l’engagement, la volonté politique et le sérieux du gouvernement dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et de la prolifération.

L’Anti-Money Laundering and Combatting the Financing of Terrorism and Proliferation (Miscellaneous Provisions) Bill 2019 renforcera le cadre AML/CFT (Anti-Money Laundering/Combating the Financing of Terrorism) de Maurice.

Le projet de loi modifie 18 textes existants afin de respecter les normes Internationales du Financial Action Task Force (FATF) en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et les activités liées à la prolifération des armes de destruction massive, et de régler les questions connexes.

« Le terrorisme ne connaît pas de frontières, pas de nationalité, pas de couleur. Il détruit la paix, le tissu social, anéantit le développement économique et sape la stabilité  politique », déclare Dharmendar Sesungkur, ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance.

Le ministre est convaincu que les mesures législatives proposées contribueront dans une large mesure à garantir la solidité et la compétitivité du secteur financier.

« Les législations sont préventives et auront un effet dissuasif afin que notre juridiction ne se retrouve pas à l’abri dans un paysage viral de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Ce faisant, nous favorisons un environnement propice à la prospérité durable et éthique du secteur des services financiers, renforçant ainsi sa position d’acteur actif sur le marché financier mondial », dit le ministre Sesungkur. – R.A.R Pandit

Blanchiment d’argent et terrorisme: Maurice affûte ses armes