Bobby Hurreeram: «Les internautes doivent assumer leurs responsabilités»
Bobby Hurreeram: «Nous ne pouvons plus tolérer le lynchage en public.»
Actualités

Bobby Hurreeram: «Les internautes doivent assumer leurs responsabilités»

Dans le cadre de la présentantion au Parlement d’un nouveau projet de loi, Judicial and Legal Provisions Bill, visant à apporter des amendements à l’ICT Act, régissant les réseaux sociaux, les internautes qui enfreignent la loi sont passibles à une servitude pénale ne dépassant pas 10 ans. Le Chief Whip de la majorité gouvernementale, a intervenu sur les ondes de Radio Plus, ce mercredi matin, a expliqué le motif du gouvernement d’aller dans ce sens.

«Nous ne pouvons plus tolérer le lynchage en public. Les internautes doivent assumer leurs responsabilités», a martelé Bobby Hurreeram. Il a souligné que le gouvernment vient de l’avant avec des amendements à la législation touchant le Wifi et les réseaux sociaux. «Compte tenu du développement des réseaux sociaux, nombre de personnes sont connectées. Des gens réagissent. Nous nous voyons confrontés à de nouveaux problèmes. Nous n’en pouvons plus de rester indifférents face à la diffusion de fausses nouvelles»,  a argué le Chief Whip du gouvernement. Il a maintenu que ce nouveau projet de loi s’inscrit dans une perspective de protéger les Mauriciens.

A la question de savoir si cette nouvelle loi viendrait porter atteinte à la liberté d’expression, Bobby Hurreeram a récusé : «Non cela n’est nullement une atteinte à la liberté d’expression. Cela concerne l’intérêt public. Au point où vont les choses, je me demande en quoi ma vie privée concerne des gens ? En quoi votre vie privée en tant que journaliste concerne des gens ?» Il s’est insurgé qu’il y a certaines personnes qui manipulent des choses.

Répondant à une autre question de savoir si cette loi ne constituerait-elle pas «un outil politique», Bobby Hurreeram a maintenu : «Bien au contraire, ce faisant, les législateurs sont en train de rehausser le débat. On s’attaque trop facilement à des gens. Quelqu’un ne peut pas se permettre de s’installer devant son ordinateur et d’insulter des gens. On ne peut pas continuer à lyncher des gens»

Bobby Hurreeram: «Les internautes doivent assumer leurs responsabilités»