Ceinture de sécurité : « Préconiser la conscientisation », selon Manoj Rajcoomar
Actualités

Ceinture de sécurité : « Préconiser la conscientisation », selon Manoj Rajcoomar

Il faudrait conscientiser les gens sur les risques de ne pas porter la ceinture de sécurité. C’est ce que pense Manoj Rajcoomar, secrétaire de la Driving Schools and Instructors Federation. Il pense que la loi est certes sévère mais il faudrait plus de campagnes de conscientisation surtout des démonstrations de voitures tonneaux.

Il nous explique que lors d’un accident, c’est surtout le passager arrière qui fait face au plus grand danger. Lors de l’impact, cette personne peut être facilement projetée devant.

Pour rappel, selon la Road Traffic (Amendment) Act 2018, toute personne trouvée coupable du non-port de la ceinture de sécurité à l’avant et à l’arrière est passible à une amende de Rs 2 000.

Manoj Rajcoomar précise qu’à Maurice, les pompiers, les policiers et les ambulanciers ne sont pas sous l’obligation de porter la ceinture de sécurité. Pour le secrétaire de la Driving Schools and Instructors Federation c’est « une grosse erreur ». Il explique que ces véhicules roulent vite, ce qui augmente donc les risques d’accidents.

Il nous indique également que même les chauffeurs de taxis peuvent ne pas porter de ceinture s’ils le souhaitent. « Se enn move kitsoz », dit-il. « Zot bizin ena enn kabinn kuma dan lerop », fait-il savoir.

Manoj Rajcoomar explique aussi que les femmes enceintes, les mamans qui allaitent et les personnes ayant des troubles de santé tels que des problèmes d’estomac ne sont pas sous l’obligation de porter la ceinture de sécurité. « Ces personnes sont toujours à risques », fait-il valoir.

Dans la foulée, le secrétaire de la Driving Schools and Instructors Federation pense qu’il faut revoir plusieurs inconvénients tels que les vitres teintées. « Pa truve si dimunn finn met sintir », dit-il. Il y a aussi les voitures vintage où il n’y a pas provision pour la ceinture, explique-t-il.

Ceinture de sécurité : « Préconiser la conscientisation », selon Manoj Rajcoomar