Actualités

Chagos/Jeanette Valentin : «Le Home Office a refusé donner des passeports britanniques à mes enfants…»

Face à la menace du gouvernement britannique de déporter des petits enfants des Chagossiens, comme rapporté dans le Guardian du 2 octobre, Jeanette Valentin, raconte les tribulations de ses enfants. Cette situation des petits enfants des Chagossiens a suscité plusieurs prises de position des politiques, ainsi que du Home Office.

«Le gouvernement britannique a enlevé ma famille [des îles Chagos] et y a aménagé une base militaire, mais ne souhaite plus que mes enfants soient citoyens britanniques », a déclaré Jeanette Valentin, mère de famille. «Le Home Office a déclaré qu’il ne pouvait pas donner de passeport britannique à mes enfants, car ils n’étaient pas nés en Angleterre», déplore-t-elle.

Selon elle, les autorités britanniques insistent qu’elle doit au préalable formuler une demande de citoyenneté. «Mais, je ne peux pas me le permettre. C’est beaucoup d’argent, environ 1 600 £ par enfant. Je ne suis payé que 600 £ pour durer toutes les deux semaines et mon loyer est de 600 £… Parfois, je n’ai pas assez d’argent pour manger», confie-t-elle

Elle déclare avoir entendu parler d’autres personnes ayant des problèmes similaires, notamment des jumeaux séparés, l’un vivant aux Seychelles et son frère en Angleterre.

«Mes enfants sont stressés, mais les gens ont été généreux et ont donné beaucoup d’argent. Avant que mes enfants ne puissent voir aucune lumière au bout du tunnel, mon plus jeune a perdu tout espoir. Les enfants de ceux qui ont déménagé devraient automatiquement obtenir la citoyenneté», relate Jeanette Valentin.

Projet de loi

En revanche, Henry Smith, député conservateur de Crawley, dont la circonscription abrite la plus grosse concentration de Chagossiens, a présenté un projet de loi émanant d’un député offrant une voie légale à toutes les personnes d’origine chagossienne en vue de l’obtention de la citoyenneté britannique. Une 2e  lecture de ce projet de loi est prévue au Parlement ce mois-ci.

«Compte tenu des injustices qui leur ont été infligées, il convient de remédier à cette situation. Cela n’affectera probablement que plusieurs centaines, voire 1 000 personnes », a déclaré le député Smith. «La menace d’expulsion pèse sur les jeunes qui viennent de quitter l’école et dont les parents sont citoyens britanniques», ajoute-t-il.

Henry Smith a eu des pourparlers avec secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Sajid Javid, pour obtenir l’appui de son projet de loi. Il espère que cela fera partie d’une législation gouvernementale plus vaste afin de résoudre les problèmes de nationalité déclenchés par le scandale Windrush et le Brexit. «Je comprends que les questions d’immigration sont sensibles, mais cette inégalité doit être corrigée», a-t-il déclaré.

Mike Kane, député travailliste de Wythenshawe et de Sale East, dont la circonscription compte le 2e plus grand nombre de Chagossiens, soutient également le projet de loi.

Interdiction aux Chagossiens de la 3e génération de rester 

«De plus en plus de personnes se présentent à mon bureau de circonscription avec ces problèmes», dit-il. «Les parents viennent avec leurs enfants. Nous nous sommes demandés pourquoi les Chagossiens de la 3e  génération ne sont-ils pas autorisés à rester et on leur demande de retourner à Maurice ou aux Seychelles», ajoute-t-il.

Par conséquent, Alex Finch, avocat du cabinet Fragomen qui conseille le Groupe  Refugiés Chagos déclare: «En règle générale, la citoyenneté britannique ne descend que par une génération. La génération moyenne aurait souvent obtenu la citoyenneté en 2002 grâce au British Overseas Territories Act. Ce sont les petits-enfants qui font face à des difficultés. Les Chagossiens ont été chassés de leurs maisons contre leur volonté. Il y a une injustice historique.»

De son côté, Tom Guha, président de la UK Chagos Support Association, a déclaré: «Il est vraiment touchant de voir autant de gens se rassembler autour de Jeanette et faire don de leur revenu durement gagné pour que sa fille reste dans le pays (…) Il appartient au gouvernement de réparer ce gâchis et il peut commencer immédiatement en appuyant le projet de loi de Henry Smith. »

40 millions de livres

Le Foreign Office a promis un fonds d’indemnisation de 40 millions de livres sterling pour couvrir l’expulsion initiale, a déclaré Mike Kane. «C’était la mère de toutes les injustices … mais cet argent n’a pas encore été dépensé.»

Quant au Home Office, un porte-parole a argué: «En vertu de la législation britannique en vigueur sur la nationalité, la citoyenneté n’est généralement transmise qu’à une génération née à l’étranger. Cela signifie que les petits-enfants des Chagossiens réinstallés ne peuvent prétendre à la citoyenneté britannique. Il n’existe aucune politique relative au renvoi d’un individu en fonction de sa nationalité. Chaque cas est évalué individuellement.»

 

Chagos/Jeanette Valentin : «Le Home Office a refusé donner des passeports britanniques à mes enfants…»