Chagos - Jugnauth: “UK continue d'ignorer la CIJ et ses obligations en vertu du droit international” 
“La modification apportée aux cartes produites par le Secrétariat de l'ONU confirme la reconnaissance par les Nations Unies de la souveraineté de Maurice sur l'archipel des Chagos”: c’est ce qu’a affirmé le Premier ministre, Pravind Jugnauth, lors d’un Statement à l’Assemblée Nationale, ce lundi 15 juin.
Actualités

Chagos – Jugnauth: “UK continue d’ignorer la CIJ et ses obligations en vertu du droit international” 

“Le Royaume-Uni continue d’ignorer la Cour internationale de Justice (CIJ) ainsi que ses obligations en vertu du droit international en maintenant son occupation illégale de l’archipel des Chagos”, a réitéré le Premier ministre, Pravind Jugnauth dans son discours à l’Assemblée Générale des Nations Unies, par visioconférence, hier, samedi 26 septembre. 

De ce fait, il a soutenu que «L’Assemblée générale”, investie de son rôle crucial dans le processus de décolonisation, “doit prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que tous les vestiges du colonialisme soient démantelés dès que possible, en particulier au moment où nous célébrons le 75e anniversaire de l’ONU.”

Pravind Jugnauth a souligné que comme l’Assemblée générale le sait, “la décolonisation de Maurice reste incomplète malgré l’avis consultatif clair et sans ambiguïté rendu en sa faveur par la CIJ, le 25 février 2019 qui a déterminé que l’archipel des Chagos fait partie intégrante de Maurice, et la UN General Assembly Resolution 73/295 qui demandait au Royaume-Uni de mettre fin à son administration de l’archipel avant le 22 novembre de l’année dernière.”

Il a rappelé que l’Assemblée générale a également été chargée d’aider Maurice dans la réinstallation des habitants déplacés de force de l’archipel des Chagos. “Je n’ai pas besoin de rappeler les conditions horribles dans lesquelles ces personnes innocentes ont été obligées de quitter leur domicile. C’était en soi un crime majeur, mais ce qui le rend encore pire, c’est la manière systématique, dont ils continuent d’être empêchés de rentrer chez eux”, s’est insurgé le Chef du gouvernement.

Affirmant que Covid–19 a complètement perturbé les activités du pays au cours des six derniers mois, le Premier ministre a consenti de n’avoir pas été en mesure de tenir des réunions régulières en personne, “d’où notre incapacité à poursuivre efficacement la mise en œuvre de la résolution 73/295.” “Nous devrons donc nous occuper de cela avec vigueur et efficacité dès que la situation le permettra”, a soutenu Pravind Jugnauth.

En revanche, le Chef du gouvernement a exprimé sa reconnaissance au Secrétaire général pour son rapport et au Secrétariat des Nations Unies d’avoir modifié la carte du monde des Nations Unies pour refléter l’appartenance correcte de l’archipel des Chagos en tant que partie du territoire de Maurice.

Il a également exprimé sa gratitude à tous les États membres et organisations pour leur soutien continu à l’achèvement du processus de décolonisation de Maurice.

“En ce qui concerne Tromelin qui fait également partie intégrante du territoire mauricien, nous attendons avec impatience le règlement rapide du différend sur l’île, dans l’esprit d’amitié qui caractérise les relations entre Maurice et la France”, a déclaré Pravind Jugnauth.

En marge de 75e anniversaire des Nations Unies, Pravind Jugnauth a fait un plaidoyer pour que la composition du Conseil de sécurité “reflète un organe juste, équitable et géographiquement représentatif.” “Notre Organisation des Nations Unies sera renforcée lorsque nous nous sentirons tous bien représentés et que nous aurons notre mot à dire dans le processus de prise de décisions. C’est pourquoi nous pensons que le continent africain doit avoir ses sièges légitimes à la fois dans les catégories permanente et non permanente du Conseil de sécurité. Un Conseil de sécurité réformé et élargi avec toutes les régions et les PEID représentés restaurera la confiance et renforcera la légitimité de ses travaux et de notre organisation elle-même”, a argué Pravind Jugnauth. “Un ordre international fondé sur des règles, avec l’ONU et le multilatéralisme en son cœur, est le garant de la paix et de la prospérité partagée”, a-t-il renchéri.

Chagos – Jugnauth: “UK continue d’ignorer la CIJ et ses obligations en vertu du droit international”