Chagos : Que la Grande Bretagne joue le jeu démocratique
Il est temps que la Grande-Bretagne de Theresa May adoucisse sa présence sur l’île et maintienne sa précieuse relation séculaire et solide avec Maurice
Actualités

Chagos : Que la Grande Bretagne joue le jeu démocratique

La Grande-Bretagne poursuit la tactique dilatoire sur le retour des îles Chagos à Maurice en dépit d’une décision de la Cour principale de l’ONU, la Cour internationale de justice (CIJ) et de la condamnation internationale.

En Grande-Bretagne également, le Parti travailliste, dirigé par Jeremy Corbin, a critiqué l’attitude obstinée du gouvernement de Theresa May à s’en tenir à une île dont il est propriétaire depuis son indépendance en 1968 – et cela illégalement.

Depuis, quelque 2 000 indigènes ont été chassés de leurs maisons, exilés loin de leur terre natale. Beaucoup sont morts loin de leur patrie, une partie de l’île Maurice souveraine, mais leur postérité n’a jamais abandonné la lutte pour récupérer ce qui leur appartient légitimement.

Le gouvernement mauricien (d’abord sous Sir Anerood Jugnauth comme Premier Ministre et plus tard quand il devint ministre Mentor) avec les efforts du peuple des Chagos a mené une lutte diplomatique afin de récupérer l’île. La sagesse personnelle de SAJ et ses efforts ont porté leurs fruits lorsque la CIJ a reconnu la souveraineté de Maurice et le droit des Chagossiens de retourner dans leur pays d’origine. Et pourtant, la Grande-Bretagne continue de défier la décision de la Cour et les voix internationales en faveur de Maurice.

La question Chagos sera de retour devant l’Assemblée des Nations Unies ce mercredi. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, accompagné de délégués du peuple Chagos, est à New York pour rassembler et maintenir son soutien à une juste cause. On espère que la Grande-Bretagne, connue pour son équité déclarée, se rendra compte de ne pas s’isoler à l’ONU ou de ne pas respecter le droit international et celui des Chagossiens exilés de retourner dans leur patrie.

Il est temps que la Grande-Bretagne de Theresa May adoucisse sa présence sur l’île et maintienne sa précieuse relation séculaire et solide avec Maurice. Quel que soit le débat autour de la décision de la CIJ en Grand Bretagne à  l’interieur du gouvernement de May (s’il s’agit d’un avis consultatif et non d’un jugement), le fait est que l’île appartient à l’île Maurice et à ses habitants.

Même les pays amis qui ont toujours soutenu la cause mauricienne et les Chagos voudraient que la Grande-Bretagne se fasse d’amende honorable pour le traitement honteux et injuste infligé à la population des Chagos. Pour Maurice, son intégrité territoriale ne sera complète, comme le répète souvent le Premier ministre Jugnauth, lorsque “Les Chagossiens et leurs descendants vont enfin pouvoir rentrer chez eux.”

Attendons que la Grande Bretagne joue le jeu d’une grande démocratie à l’écoute de la voix internationale pour une cause juste et respecte les règles de la CIJ

Chagos : Que la Grande Bretagne joue le jeu démocratique